L'Etat US va céder la majorité de ses actions Ally Financial

le
2
L'ÉTAT AMÉRICAIN VA CÉDER LA MAJORITÉ DE SES ACTIONS ALLY FINANCIAL
L'ÉTAT AMÉRICAIN VA CÉDER LA MAJORITÉ DE SES ACTIONS ALLY FINANCIAL

(Reuters) - Le groupe américain de crédit automobile Ally Financial a annoncé jeudi que l'Etat fédéral allait vendre la majeure partie de sa participation, une opération dont le montant pourrait atteindre 2,66 milliards de dollars (1,93 milliard d'euros).

En cas de succès de la cession partielle de ses titres, le renflouement d'Ally Financial, sauvé de la faillite en 2008, se traduirait par une plus-value pour le Trésor américain, qui détiendra encore 14,1% du capital.

La cession porte sur 95 millions de titres et le prix de vente unitaire devrait se situer entre 25 et 28 dollars, a précisé Ally dans une notification à la Securities and Exchange Commission.

Ally avait reçu au total 17,2 milliards de fonds publics lors de la crise financière de 2008. Avant la cession annoncée jeudi, il en a remboursé 15,3 milliards.

L'Etat fédéral possède actuellement 36,8% du capital du groupe, valorisé environ 13,5 milliards de dollars au plus haut de la fourchette de prix indicative. La part de l'Etat sera ramenée à 14,1% si l'option de surallocation est exercée.

La fixation du prix de vente définitif est prévue le 9 avril, ont déclaré deux des banques chargées de coordonner l'opération.

Le "hedge fund" Third Point, qui possède 9,5% d'Ally, et Cerberus Capital, qui en détient 8,6%, n'ont pas l'intention de vendre des titres à cette occasion.

Depuis son renflouement dans le cadre du TARP (Troubled Asset Relief Program), le plan lancé par le Trésor en 2009 pour renflouer des entreprises des secteurs de l'automobile, de l'immobilier et de la finance, Ally Financial a vendu la majeure partie de ses activités internationales, il s'est désengagé du crédit immobilier et il a pris des mesures pour réduire ses coûts de financement.

Il a toutefois perdu parallèlement son statut d'établissement de crédit privilégié auprès de General Motors et Chrysler. Au quatrième trimestre de l'an dernier, ses nouveaux prêts ont diminué de 8% à 8,2 milliards de dollars.

Sur les 423 milliards de dollars consacrés initialement au TARP, le Trésor en a récupéré 418 milliards à ce jour.

(Tanya Agrawal et Aman Shah; Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xenfab le jeudi 27 mar 2014 à 16:11

    Sauf qu'ici on a prété pour porter caution ou garantie, certes en bénéficiant de taux avantageux, mais SANS RENTRER AU CAPITAL en échange, alors que les US modèle du capitalisme l'ont fait sans scrupules, un comble. Bien entendu les créances ont été remboursées au plus vite pour pas que l'état se mêle de leurs affaires. Et si elles ont été sauvées, c'est pour jouer leur rôle dans l'économie, ce qu'elles ne font toujours pas assez efficacement ...

  • M2286010 le jeudi 27 mar 2014 à 15:56

    90% des internautes criaient au scandale lors du renflouement des banques en Europe et aux USA, "des milliards donnés aux banksters"... Que voit-on aujourd'hui? Des dizaines de banques sauvées de la faillite, l'économie mondiale relativement préservée et des bailleurs de fonds remboursés qui font une plus-value sur leur mise. Les économistes en herbe peuvent rentrer à la maison...