L'Etat soutient le projet de mariage Alcatel/Nokia-Macron

le
1

* Le gouvernement veut que Nokia fasse en France son centre de R&D * Le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de licenciements (Actualisé avec autres citations) PARIS, 14 avril (Reuters) - L'Etat soutient le projet de rapprochement entre le français Alcatel-Lucent ALUA.PA et le finlandais Nokia NOK1V.HE qui permettra de créer un leader européen des équipements de télécoms sans suppressions d'emplois en France, a déclaré mardi le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron. A l'issue d'une rencontre à l'Elysée entre François Hollande et les responsables des deux groupes, Rajeev Suri et Michel Combes, Emmanuel Macron a émis le souhait que Nokia fasse de la France le principal centre de Recherche & Développement du futur groupe. "C'est une bonne opération pour Alcatel-Lucent. Parce que c'est une opération d'avenir, parce que nous construisons, avec ce rapprochement, la reconquête d'Alcatel-Lucent qui était une entreprise en très grande difficulté il y a deux ans", a-t-il déclaré à la presse. "Les discussions sont aujourd'hui sur la localisation d'un centre mondial de R&D", a-t-il dit. "La volonté de Nokia c'est d'en faire un des centres d'excellence mondiaux. Donc notre souhait c'est que demain le centre recherche et développement monde de Nokia soit en France." Nokia et Alcatel-Lucent ont annoncé mardi matin être en discussions avancées en vue d'une fusion qui se traduirait par un rachat du groupe franco-américain par l'équipementier finlandais. ID:nL5N0XB147 Saluant la création d'un "grand champion européen" du secteur capable de concurrencer les groupes chinois, le ministre de l'Economie s'est voulu rassurant pour les personnels d'Alcatel-Lucent en France. "Il n'y aura aucune destruction d'emplois en France. Le nombre d'emplois total sera le même et même davantage. Nous avons eu tous les engagements aujourd'hui et aussi dans le temps", a-t-il souligné, citant les sites de Lannion (Côtes d'Armor) et Villarceaux (Essonne). Le rapprochement "va permettre de créer le grand champion européen des équipements et des technologies à la fois sur le téléphone mobile et le fixe avec le meilleur de la technologie de Nokia et Alcatel", a-t-il souligné. Le nouveau groupe pourra "concurrencer Huawei HWT.UL et les grands champions chinois", notamment en matière de développement de la technologie 5G. A la question de savoir si les autrorités européennes avaient été informées de ce projet, Emmanuel Macron a répondu que cela relevait de "la vie des affaires et des entreprises". Le ministre a révélé que ce dossier avait fait l'objet de "mois" de discussions avec l'Etat français. Un scénario bien différent de celui du dossier Alstom ALSO.PA , convoité l'an dernier par l'Américain General Electrics. Mis devant le fait accompli, l'Etat français était intervenu dans l'urgence pour présever les intérêts nationaux. (Elizabeth Pineau et Jean-Michel Bélot, édité par Matthieu Protard)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • spidos le mardi 14 avr 2015 à 22:14

    ALU se fait racheter et "notre souhait c'est que demain le centre recherche et développement monde de Nokia soit en France." Mdr. Je garde bien au chaud, on en reparle dans 1 an si ça se fait et on comptera les désillusions...