L'État se sépare de 20% de ses logements de fonction

le
11

Les perdants dans l'affaire sont surtout les directeurs départementaux et régionaux des finances publiques. Généreusement payés, ils vont devoir se loger à leurs propres frais d'ici à 2015.

Quand il faut baisser les dépenses de l'État de 50 milliards d'euros à horizon 2017, il n'y a pas de petites économies. Le ministère du Budget est en train de réduire le parc de logements de fonction de l'État de 20%, a-t-il indiqué ce jeudi. Il n'en attend que des économies «importantes», mais «pas massives», qui seront dévoilées dans quelques semaines. Bercy s'attache en effet à «rationaliser et clarifier» l'attribution de logements, ministère par ministère. La réforme à la fois «met fin à certaines situations opaques» d'occupation de logements, mais permet aussi «de libérer des logements pour des fonctionnaires qui en ont besoin», détaille-t-on au ministère du Budget.

Le ministère de l'Économie et des Finances montre l'exemple en prévoyant de vendre un logement sur cinq, soit 452 appartements sur les 2150 qu'il détient, révèle le magazine Challenges sur son site. Les perdants dans l'affaire sont surtout les directeurs départementaux et régionaux des finances publiques. Généreusement payés (12.000 à 20.000 euros nets par mois) ils vont devoir déménager d'ici à septembre 2015.

Le ministère de la Justice va également diminuer le nombre de ses logements à 1733 contre 1915 aujourd'hui. Cette fois, ce sont les présidents des tribunaux de grande instance, des cours d'appel et des tribunaux administratifs qui devront trouver d'autres toits. L'Éducation nationale, pour sa part, va abandonner plus de la moitié de ses appartements (160 sur 266). S'il n'a pas le plus grand des parcs immobiliers de l'État, le ministère des Affaires étrangères va, en proportion, produire le plus grand effort en divisant par huit le nombre de ses logements de fonction sur le territoire national, de 43 à... 5.

Grand ménage

Ce grand ménage dans les logements de fonction de l'État devrait permettre de réellement appliquer la réglementation en vigueur. En effet, seuls les fonctionnaires ayant «une obligation de disponibilité totale pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de responsabilité» peuvent être logés par la République. Les plus nombreux à bénéficier de ce service sont donc naturellement les militaires, les gendarmes et le personnel vivant dans les collèges et lycées et le smurs appartienent aux collectivités locales.

Hors de la fonction publique d'État, les hôpitaux, et notamment l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), fournissent également un logement de fonction à certains de leurs personnels. La Cour régionale des comptes a récemment relevé la mauvaise gestion de l'AP-HP en ce domaine. Les prix pratiqués sont bien en deçà des prix du marché et sur 11.000 logements, seulement 7000 sont occupés par des employés actuels de l'AP-HP.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le vendredi 7 fév 2014 à 15:59

    un petit geste, qu'il faut amplifier........

  • lorant21 le vendredi 7 fév 2014 à 13:17

    Dans ma rue, 3 anciennes écoles primaires désertés depuis les années 1990 (plus assez d'élèves): 3 fois 6 logements d'instits non habités. Plus aux normes de ce que veux aujourd'hui la classe moyenne.. mais tout à fait utilisables pour des familles aidées.

  • ragni1 le vendredi 7 fév 2014 à 13:05

    Bravo François, ça c'est du concret, c'est ni de droite ni de gauche, c'est juste.

  • imagine7 le vendredi 7 fév 2014 à 11:36

    La réalité est bien là mais on ne le dit à personne que tout ces gens ont des salaires mirobolant et un logement gratuit et tant de chose que l'on nous cache.

  • jpdeniel le vendredi 7 fév 2014 à 10:04

    pas mal les salaires !!!

  • maijerev le vendredi 7 fév 2014 à 10:02

    mis à disposition ne signifie pas gratuit

  • Rominou6 le vendredi 7 fév 2014 à 09:18

    En quoi une personne qui touche au moins 12k€ par moi a besoin d'un logement de fonction. Ils devraient tous etre supprimés, nous payons nos logements, pourquoi pas eux

  • andre40 le vendredi 7 fév 2014 à 08:32

    si les locaux touchent autant de rémunérations imaginez ce que touchent ceux de Bercy, Matignon et compagnie chez les hauts fonctionnaires, ces rémunérations qu'un ancien ministre n'a jamais pu voir en détail à l'époque, ce n'est plus une république c'est une forme d'oligarchie de technocrates profiteurs

  • JERIKAE2 le vendredi 7 fév 2014 à 07:24

    pas trop tot cette reforme il faut aller beaucoup plus loin ;15000 euros par mois et logement gratuit ( vraimnt degeu. cette republique);revoyez donc les privileges des elus ils sont 660 000 vous auriez un effet de masse monsieur le president

  • tamtou le vendredi 7 fév 2014 à 07:24

    Dès lors qu'un employé est logé par son employeur, qu'il soit privé ou d'état ou de collectivité territorial, on ne peut pas retirer l'avantage en nature qui fait parti donc du contrat de façon unilatérale.qu'est ce qu'on nous raconte ?