L'État se retire des batteries électriques de Renault

le
0
INFO LE FIGARO - Contrairement à ce qui avait été annoncé fin 2009, le Fonds stratégique d'investissement (FSI) n'investira pas 125 millions d'euros dans l'usine de fabrication de batteries à Flins.

Renault fera finalement cavalier seul pour la fabrication de ses batteries électriques à Flins, en région parisienne, un projet qui a pris beaucoup de retard. Annoncée en fanfare en novembre 2009 par Christian Estrosi, le précédent ministre de l'Industrie, la co-entreprise qui devait être formée par le Fonds stratégique d'investissements (FSI) de l'Etat, Renault et le CEA (Commissariat à l'énergie atomique) ne verra jamais le jour. Le FSI devait apporter 125 millions d'euros, comme Renault, tandis que CEA s'était engagé sur 5 millions.

Mais finalement, le FSI «n'interviendra pas dans ce projet» a-t-on indiqué chez Renault au Figaro. Une information confirmée par une source gouvernementale. Il semble que ce soit le constructeur qui ait cherché à être plus indépendant de l'Etat - détenteur de 15% de son capital - sur ce sujet. «Les choses ont été compliquées pour monter ce dossier, tant sur le plan juridique qu'industriel. Cette complexité venait notamment du f

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant