L'Etat lance un comparateur des tarifs bancaires

le , mis à jour à 15:09
3
L'Etat lance un comparateur des tarifs bancaires
L'Etat lance un comparateur des tarifs bancaires

Combien coûtent une carte de paiement à débit immédiat, les retraits d'espèces dans un distributeur de billets, les commissions d'intervention... ? Annoncé à la mi-janvier par Michel Sapin, le ministre des Finances, le comparateur public des frais bancaires vient d'être lancé ce lundi sur le site www.tarifs-bancaires.gouv.fr. Il permet aux consommateurs de comparer gratuitement les onze principaux frais facturés par les 155 principaux établissements, soit 98% du marché.

« C'est une forme de service public, avait expliqué le ministre au Parisien - Aujourd'hui en France. Ce site Internet permettra à tout le monde de comparer, gratuitement, les tarifs des services de base, comme les virements, les prélèvements ou les cartes. » Bercy souhaite ainsi « faire en sorte que la concurrence s'exerce dans de bonnes conditions ».

Pour faciliter cette mobilité bancaire, une mesure de la loi Macron, adoptée en août 2015, permettra au consommateur, dès le 7 février 2017, de changer d'établissement sans aucune démarche administrative en dehors d'un mandat qu'il devra donner à sa nouvelle banque.

Ce service se base sur les tarifs officiels des plaquettes des banques mais les particuliers ont toujours la possibilité de négocier avec leur établissement. En outre, ce comparateur ne tient pas compte des forfaits pour un ensemble de services qui rendent les tarifs des banques plus opaques.

Les tarifs bancaires des DOM seront également visibles sur le site, ceux des TOM le seront, eux, via un lien direct sur la page de l'Observatoire des tarifs bancaires de l'Institut d'émission d'Outre Mer (IEOM).

Selon les dernières données de l'association de consommateurs CLCV, 117 banques sur 139 interrogées facturaient des frais de tenue de compte en 2015. Autre priorité pour le ministère: le développement du paiement par carte, «en particulier pour les petits montants» qui doit se traduire par une baisse des frais facturés aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ericlyon il y a 10 mois

    Quand est-ce que l'état va s'occuper correctement de ce qu'il a à gérer plutôt que de vouloir gérer les affaires des autres. Il y a énormément de choses qu'il fait mal ou en tous cas pas très bien (éducation, logement social, formation professionnelle, ....) qu'il se concentre sur la correction des ses plus gros défauts et ne s'occupe pas de ce qui marche ailleurs. Je ne serais par ailleurs pas surpris qu'il existe déjà des comparateurs de tarifs bancaires sur internet.

  • mlemonn4 il y a 10 mois

    Et alors, c'est tout ce qu'il sait faire pour l'usager des banques ! Les banques avec l'aval de nos dirigeants font payer leurs erreurs de gestion et spéculation à leurs clients en le sspoliant encore un peu plus alors que leurs servcies sont déjà onéreux ! Elles jouent sur du velours car le citoyen n'a pas le choix, il est contraint; mais jusqu'à quand !!!

  • leroy310 il y a 10 mois

    Une bonne idée mais l'état ne peut il pas revoir le tarif des frais sur les feuilles des impôts fonciers par exemple .