L'Etat islamique revendique l'attaque de Charleroi

le
1

BRUXELLES (Reuters) - L'organisation Etat islamique a revendiqué dimanche via son organe de communication Amaq l'attaque survenue la veille à Charleroi en Belgique, au cours de laquelle deux policières ont été blessées à coups de machette et l'agresseur a été abattu.

L'assaillant a été identifié comme un ressortissant algérien âgé de 33 ans qui aurait pu être inspiré par un motif terroriste, a parallèlement annoncé le parquet fédéral belge.

K.B. vivait en Belgique depuis 2012 et possédait un casier judiciaire, a-t-il précisé. L'homme était "connu des services de police pour des infractions de droit commun mais pas pour des faits de terrorisme", a-t-il ajouté dans un communiqué.

"L'existence d'indices permettant de considérer que l'attaque ait pu être inspirée par un motif terroriste, le parquet fédéral a décidé hier de reprendre l'enquête menée par le parquet de Charleroi. Un juge d'instruction spécialisé en matière de terrorisme a été saisi", a encore déclaré le parquet.

L'homme aurait crié "Allahu Akbar" (Dieu est grand) en agressant les deux policières qui se trouvaient en faction devant l'entrée du commissariat de Charleroi, à hauteur d'un sas de sécurité.

Deux perquisitions ont été déjà effectuées la nuit dernière dans l'arrondissement de la ville belge, a indiqué le parquet.

Le Premier ministre Charles Michel a annoncé dimanche lors d'une conférence de presse que les mesures de sécurité étaient en cours de renforcement dans les commissariats de police.

Bruxelles, siège des institutions européennes et de l'Otan, et le reste de la Belgique sont en degré d'alerte de niveau 3, sur une échelle de 4, ce qui correspond à une menace "possible et vraisemblable".

L'aéroport et le métro de Bruxelles ont été le théâtre d'attentats djihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars dernier.

L'attaque de Charleroi intervient également après une série d'attaques en France et en Allemagne, dont certaines ont été revendiquées par l'organisation Etat islamique.

(Foo Yun Chee, avec Omar Fahmy au Caire; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le lundi 8 aout 2016 à 09:52

    La Belgique comme la France, promulgue des lois sans les faire appliquer. Cet individu était en "situation irrégulière" , il était "connu des services de police" mais résidait toujours en Belgique.Cherchez l'erreur.Les pays européens se disant démocratiques et civilisés ont beaucoup à apprendre du monde extérieur pour protéger leurs propres citoyens