L'Etat islamique revendique des attentats en Egypte

le
0

(Bilan actualisé) ISMAILIA, Egypte, 30 janvier (Reuters) - La branche égyptienne de l'Etat islamique (EI) a revendiqué vendredi une série d'attentats qui ont fait au moins 30 morts et plusieurs dizaines de blessés la veille au soir dans le Nord-Sinaï, quelques jours après les commémorations de l'anniversaire du soulèvement de 2011 qui ont dégénéré. Les revendications ont été formulées via une série de messages envoyés sur le compte Twitter de la Province du Sinaï, le nouveau nom du groupe Ansar Baït al Makdis adopté après son allégeance à l'Etat islamique. Ces attentats ont conduit le président égyptien Abdel Fattah al Sissi à écourter sa participation au sommet de l'Union africaine en Ethiopie pour regagner Le Caire. Quatre attaques au total ont visé les forces de sécurité dans le nord du Sinaï. L'attentat le plus meurtrier s'est produit à El Arich, le chef-lieu du Nord-Sinaï, où un hôtel militaire et une base de l'armée ont été pris pour cible. Un bilan encore provisoire faisait état jeudi soir de 25 morts et au moins 58 blessés, dont neuf civils. Le quotidien gouvernement Al Ahram indique que ses bureaux à El Arich, situés en face de ces bâtiments militaires, ont été "totalement détruits". Vendredi matin, trois avions militaires transportant 30 sacs mortuaires ont décollé de la ville, a-t-on appris auprès des fôrces de sécurité. Une autre attaque a visé une unité de l'armée à un point de contrôle au sud d'El Arich. Les islamistes présumés ont également attaqué un poste de contrôle de l'armée à Rafah, tuant un commandant et blessant six autres personnes. Par ailleurs, deux enfants, dont un bébé de six mois, ont été mortellement touchés jeudi soir lors d'accrochages entre des islamistes armés et des militaires égyptiens près de la frontière avec Gaza et Israël, dans le secteur de Cheikh Zouweïd. La guérilla islamiste du Sinaï a coûté la vie à plusieurs centaines de membres des forces de sécurité depuis le renversement, en juillet 2013, du président islamiste Mohamed Morsi. Mais jusque-là, les opérations des islamistes armés avaient rarement atteint un tel degré. Pour Zack Gold, de l'Institut de études de la sécurité nationale à Tel Aviv, l'attaque contre El-Arich est sans doute le signe d'un accroissement des capacités offensives du mouvement islamiste armé. La tension est montée d'un cran cette semaine en Egypte avec les manifestations, dont certaines violentes, qui ont eu lieu à l'occasion du quatrième anniversaire du soulèvement anti-Moubarak du début 2011. (Maggie Fick and Yusri Mohamed; Danielle Rouquié, Jean-Philippe Lefief et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant