L'État islamique progresse contre les forces syriennes à Rakka

le
0

par Alexander Dziadosz BEYROUTH, 7 août (Reuters) - Les djihadistes de l'État islamique ont pris d'assaut l'un des derniers avant-postes du gouvernement syrien dans la province de Rakka dans la nuit de mercredi à jeudi, tuant des dizaines de soldats, a annoncé l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme (OSDH). Une quarantaine de personnes ont été tuées dans divers attentats à la voiture piégée menés par des combattants de l'États islamique et lors des combats qui ont suivi dans la province septentrionale, selon l'organisation proche des rebelles syriens. L'État islamique a rapidement progressé en Syrie depuis qu'il s'est emparé de la plus grande ville du nord de l'Irak, Mossoul, le 10 juin, pour ensuite déclarer un califat islamique sur les territoires qu'il contrôle en Irak et en Syrie. Rakka est un des fiefs de l'État islamique dont il a pris le contrôle de la capitale régionale et en a expulsé les groupes rebelles rivaux au début de l'année. "Nous annonçons à la nation islamique la libération totale de la 93e Brigade (base militaire située dans gouvernorat de Rakka)", peut-on lire sur un compte Twitter qui publie régulièrement des informations concernant l'État islamique dans la province de Rakka. CHASSEURS SYRIENS Des affrontements se poursuivaient jeudi et des forces gouvernementales se trouvaient toujours dans la base militaire, a rapporté l'OSDH. Il fait état d'au moins 27 militaires syriens tués lorsque trois combattants de l'EI se sont fait sauter dans des voitures piégées aux portes et aux alentours de la base et dans les affrontements qui ont suivi. Au moins 11 djihadistes ont été tués et des dizaines blessés, a ajouté l'ONG basée à Londres. Selon l'OSDH, des chasseurs syriens ont bombardé le nord de la ville de Rakka et dans la zone de Tabka, dont la base militaire serait la dernière base tenue par les forces loyales à Bachar al Assad dans la région avec la chute de la 93e Brigade. L'EI grignote du terrain depuis le mois dernier face aux forces gouvernementales qui défendent leurs dernières positions tenues dans la région. Il y a deux semaines, les combattants de l'État islamique ont capturé et tué une cinquantaine de soldats lorsqu'ils ont pris le contrôle d'une base militaire près de Rakka, avait rapporté l'OSDH. Ils ont aussi tué 270 soldats, gardes et employés lors de la capture du gisement de gaz de Chaar près de la ville de Homs, dans le centre de la Syrie, une semaine auparavant, toujours selon l'OSDH. Selon les estimations de l'OSDH, l'EI contrôle désormais 35% du territoire syrien. De son côté, le gouvernement syrien a consolidé son contrôle sur les régions centrales plus peuplées et notamment sur le couloir qui relie la capitale Damas à la côte méditerranéenne. Les combattants de l'État islamique ont par ailleurs de nouveau progressé jeudi dans le nord de l'Irak s'emparant de trois localités supplémentaires renforçant leur présence près de la région kurde, poussant des milliers de chrétiens à fuir. ID:nL6N0QD3AB (Agathe Machecourt pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant