L'Etat islamique joue à cache-cache sur la messagerie Telegram

le
0

par Eric Auchard et Jeremy Wagstaff FRANCFORT/SINGAPOUR, 19 novembre (Reuters) - Le service de messagerie mobile Telegram a fermé en urgence des canaux de diffusion utilisés par l'Etat islamique pour promouvoir sa cause et recruter ses adhérents, mais l'organisation djihadiste continue semble-t-il à créer de nouveaux réseaux tout aussi vite. Dans un communiqué publié mercredi sur son site internet, Telegram a dit avoir pu identifier et bloquer sur son site 78 canaux de diffusion de l'EI en 12 langues. Mais une partie des sites de l'EI bloqués par Telegram sont rapidement réapparus dans de nouveaux endroits sur son réseau. Certains ont été à leur tour rapidement fermés tandis que d'autres continuent à être utilisés. "Le problème avec le blocage des groupes comme Telegram, comme quand on suspend des comptes Twitter ou Facebook, c'est que cela devient un jeu pour les partisans de l'EI de voir à quelle vitesse ils vont pouvoir monter un autre compte", explique la chercheuse Sidney Jones, qui tient un cercle de réflexion basé à Djakarta en Indonésie. Souvent, il suffit de changer une lettre ou d'ajouter un chiffre et d'ensuite de faire connaître le nouveau nom à ses abonnés, ajoute-t-elle. Telegram, basée à Berlin, a été créé il y a deux ans par les deux frères qui ont fondé Vkontakte, le réseau social russe le plus populaire. Ce réseau est utilisé partout dans le monde par ceux qui veulent télécharger et partager rapidement textes, vidéos et messages vocaux avec un niveau très élevé de sécurité. Il y a deux mois, une nouvelle fonctionnalité de Telegram est devenue la méthode préférée du groupe Etat islamique pour diffuser ses informations et partager ses vidéos, selon les chercheurs spécialisés. RECRUTER ET INSPIRER C'est ainsi que le groupe a utilisé Telegram pour revendiquer les attentats de Paris et Saint-Denis qui ont fait 129 morts le 13 novembre ainsi que la destruction au-dessus de la péninsule égyptienne du Sinaï d'un avion de ligne russe qui transportait 224 personnes. Selon Alex Kassirer, un analyste qui travaille pour la société de renseignement privée new-yorkaise Flashpoint, l'EI a commencé à utiliser Telegram il y a quelques mois pour diffuser des communiqués de presse visant à recruter ses partisans. Les dizaines de chaînes mises en place ont attiré jusqu'à 16.000 "followers", détaille Rita Katz, du service SITE, un site de suivi des islamistes basé dans le Maryland aux Etats-Unis. Certains de ces canaux ne peuvent plus être vus. A la différence de Twitter qui a fermé des milliers de comptes liés à l'EI, jusqu'à mercredi, Telegram a semble-t-il laissé les djihadistes sans crainte d'être découverts ou repérés, ajoute Rita Katz. Telegram n'a pas voulu faire de commentaires. Un message sur le site dit explicitement faire des efforts pour bloquer l'EI. Mais ce n'est semble-t-il pas suffisant pour dissuader le groupe dont les partisans continuent à profiter de certains services de Telegram réservés aux membres privés. Une toute nouvelle chaîne en anglais, Trendit, a près de 500 abonnés pour l'instant. D'autres chaînes djihadistes visant les partisans de l'EI en Indonésie restent ouvertes, disent les analystes. (Avec Douglas Busvine à New Delhi, Jim Finkle à Boston, Joseph Mann à San Francisco; Danielle Rouquié pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant