L'Etat islamique diffuse une vidéo du journaliste britannique otage John Cantlie

le
0
L'Etat islamique diffuse une vidéo du journaliste britannique otage John Cantlie
L'Etat islamique diffuse une vidéo du journaliste britannique otage John Cantlie

L'Etat islamique a diffusé ce jeudi une vidéo du journaliste britannique otage John Cantlie. Ces images sont publiées après l'exécution samedi de l'humanitaire britannique David Haines. Avant lui, deux journalistes américains, James Foley et Steven Sotloff, ont été décapités par ces jihadistes.

Sur cette vidéo, l'otage est habillé en orange, comme les détenus de Guantanamo et comme l'étaient les trois détenus exécutés par l'Etat islamique. Pendant trois minutes, John Cantlie lit un texte à la caméra.

«Je suis un journaliste britannique qui a travaillé pour de grands journaux et de grands magazines comme le Sunday Times, le Sun ou le Sunday Telegraph. En novembre 2012, je suis venu en Syrie où j'ai été capturé par l'Etat islamique. Aujourd'hui, près de deux ans après, beaucoup de choses ont changé, y compris l'extension de l'EI. (...) Je sais que vous pensez que je dis ça car je suis forcé de le dire et que j'ai un pistolet sur la tempe et que je suis forcé de le faire. Oui, je suis un prisonnier, je ne peux le nier. Mais, voyant que j'ai été abandonné par mon gouvernement et que mon destin est désormais dans les mains de l'Etat islamique, je n'ai plus rien à perdre.»

«Peut-être que je vivrai ou que je vais mourir. Mais je veux saisir cette chance pour convoquer des faits que vous pouvez vérifier et qui pourraient préserver quelques vies», poursuit-il.

Puis il se lance dans une tentative d'explication de la façon dont les médias occidentaux tenteraient de convaincre l'opinion de faire la guerre contre l'Etat islamique. «Dans des épisodes prochains, je vais vous montrer comment les médias occidentaux tentent de plonger l'opinion dans les abysses d'une nouvelle guerre avec l'Etat islamique», assure-t-il.

Le journaliste britannique avait déjà été enlevé avec un collègue néerlandais pendant quelques semaines en juillet 2012 par des jihadistes dans le nord de la Syrie avant d'être libérés tous deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant