L'Etat islamique a recruté plus de 200 combattants à Alep-OSDH

le
0

BEYROUTH, 26 septembre (Reuters) - Plus de 200 combattants ont rejoint l'Etat islamique (EI) dans la province syrienne d'Alep depuis que Barack Obama a annoncé début septembre que les Etats-Unis attaqueraient le groupe djihadiste en Syrie, a annoncé vendredi l'Observatoire syrien des Droits de l'homme (OSDH). Les recrues viennent pour l'essentiel du Front al Nosra, la branche syrienne d'Al Qaïda et sont presque toutes de nationalité syrienne, même si elles sont au total de 15 nationalités différentes, précise l'OSDH, une organisation basée à Londres qui couvre la situation en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011. Barack Obama avait annoncé le 10 septembre sa volonté d'intensifier la lutte contre l'EI et son intention de mener des frappes aériennes en Syrie. ID:nL5N0RB5SB Les frappes ont débuté le 23 septembre et sont prévues pour durer, a dit le président américain. ID:nL6N0RO4EJ Dans le détail, au moins 162 personnes ont rejoint l'EI dans les quartiers nord et est d'Alep depuis le 10 septembre et 73 hommes ont rejoint le groupe les 23 et 24 septembre, après le début effectif des frappes, ce qui porte le total à 235, précise l'ONG. "Cela veut dire que ces gens n'ont pas peur. Même s'il y a des frappes aériennes, ils viennent quand même", commente Rami Abdelrahman, qui dirige l'Observatoire. Il souligne que le rythme des recrutements s'est révélé en septembre supérieur à la moyenne, mais inférieur au bond enregistré en juillet après la déclaration par l'EI d'un "califat" dans les territoires qu'il contrôle en Syrie et en Irak et l'appel aux musulmans à rejoindre le djihad. L'EI avait recruté à un rythme record en juillet, selon l'OSDH, qui a recensé au moins 6.300 nouveaux membres ce mois-là, alors que, selon des estimations un peu antérieures, le groupe comptait environ 15.000 combattants. Sur ces nouvelles recrues, un millier environ étaient étrangères et le reste de nationalité syrienne. En Syrie, l'EI s'est emparé de territoires tenus par les groupes rivaux islamistes au nord d'Alep, de qui menace les lignes d'approvisionnement des rebelles dans la ville. (Sylvia Westall; Danielle Rouquié pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant