L'Etat grec a réduit son déficit budgétaire de 40% sur onze mois

le
1
L'ÉTAT GREC A RÉDUIT SON DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE 40% SUR ONZE MOIS
L'ÉTAT GREC A RÉDUIT SON DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE 40% SUR ONZE MOIS

ATHENES (Reuters) - Le déficit budgétaire grec a diminué de 40% sur les onze premiers mois de l'année par rapport à la période correspondante de l'an dernier, a annoncé lundi le ministère des Finances.

Le déficit de l'Etat central, qui exclut donc les finances des collectivités locales et de la Sécurité sociale, a été ramené à 12,9 milliards d'euros contre 21,5 milliards sur janvier-novembre 2011.

L'exécution du budget 2012 "a été satisfaisante, dépassant de loin les estimations", a déclaré dans un communiqué le ministre délégué aux Finances Christos Staikouras.

Il a ajouté que l'amélioration de la situation budgétaire permettait d'espérer un retour à un excédent primaire (hors service de la dette) en 2013.

Les recettes budgétaires ont diminué de 1,5% par rapport à l'an dernier, à 45,8 milliards d'euros, en dépit des hausses d'impôt et de taxes entrées en vigueur ces derniers mois. Ce chiffre est conforme aux prévisions 2012.

Athènes prévoit sur l'ensemble de 2012 un déficit de l'Etat centrale en repli de 35% à 12,9 milliards d'euros, soit 6,6% du produit intérieur brut (PIB).

Pour le réduire, le gouvernement a entre autres fortement réduit les investissements publics, suspendu certains paiements à des fournisseurs de l'Etat et réduit la rémunération de nombreux fonctionnaires.

Renee Maltezou et Karolina Tagaris, Marc Angrand pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abacchia le lundi 10 déc 2012 à 19:41

    Et malgré tout cela, il en reste encore (6,6%) du déficit. On voit mal comment les décisions budgétaires pourraient aller plus loin, surtout que les taux d'imposition découragent suffisamment pour ne pas faire entrer plus d'argent dans les caisses (sic) ! Je ne vois en effet aucune autre solution que l'effacement de la dette, avec comme risque que l'Irlande, le Portugal ou l'Espagne fassent de même ! Les garants devront alors payer, et leur temps dans la descente aux enfers sera venu !

Partenaires Taux