L'État grec a fermé brutalement l'intégralité de son audiovisuel public

le
0
Depuis mardi minuit, les chaînes et radios publiques grecques ont cessé d'émettre après la décision du gouvernement de leur fermeture avant privatisation.

C'est un cas d'école en Europe. Depuis hier soir minuit, la Grèce est le seul pays européen sans chaînes publiques. Pour juguler sa dette, le gouvernement grec a décidé de fermer définitivement l'intégralité de son groupe audiovisuel qui regroupe les télés NET et ERT et les radios publiques du pays. Concrètement, le groupe comprend 19 chaînes régionales, quatre chaînes nationales dont une émettant à l'internationale, six radios, un magazine de programmes télévisés, des sites Internet et l'intégralité des archives nationales audiovisuelles. Au total, quelque 2950 employés se réveillent sans emploi ce mercredi.

Les programmes ont cessé d'émettre, les partis d'opposition fustigent la décision du gouvernement et les syndicats s'insurgent. Pour Nikos Vrilakis, employé de la télévision publique et président ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant