L'Etat français assigné en justice pour l'insalubrité de ses prisons

le
2
Le centre pénitentiaire de Fresnes est la plus grande prison de France avec 2.800 places.
Le centre pénitentiaire de Fresnes est la plus grande prison de France avec 2.800 places.

Des cafards dans les cellules, des punaises dans les lits et des rats qui se battent dans les couloirs... Ces derniers temps, ils sont devenus le quotidien des détenus de Fresnes, deuxième centre pénitencier de France avec 2 800 places. En février dernier, deux prisonniers ont été atteints de leptospirose, une maladie rare transmise par les rats. Cet été, le syndicat pénitentiare FO a tenté d'alerter l'état sur la situation en publiant une lettre ouverte. Mais la situation empire de jour en jour.

Devant l'apathie du gouvernement, l'Observatoire international des prisons (OIP) a décidé de saisir en référé le tribunal administratif de Melun, selon les informations de France inter. Une audience devrait suivre dans les 48h suivant le dépot de la requête.

Des témoignages accablants

Pour appuyer son dossier, l'OIP a récupéré de nombreux témoignages et preuves confirmant l'insalubrité de Fresnes. Dans l'extrait du référé-liberté obtenu par France inter, un détenu raconte à propos des cours de promenade "Elles ne paraissent pas garantir ma sécurité car les rats traversent régulièrement la cour. Elles sont couvertes de déjection de rats.". Un autre se plaint de l'invasion des punaises : "Nous sommes infestés de punaises, piqués chaque jour au visage, dans le cou, les épaules, le dos, les jambes et les bras". Une avocate rapporte aussi le récit de ses clients : "Un [d'eux] m'a dit que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 2 mois

    C'est la politique menée par de nombreux états du sud des US pour des petites peines : coût pour l'Etat : 1$ par jour.

  • frk987 il y a 2 mois

    Des camps en plein air avec des baraquements construits de leurs blanches mains, c'est sain, s'ils veulent se chauffer vont couper du bois, la vie au grand air...encadrée par des barbelées électrifiés et des miradors, ça coûtera que dalle aux contribuables.