L'état de Schumacher, réopéré, est en légère amélioration

le
0
LÉGÈRE AMÉLIORATION DE L'ÉTAT DE MICHAEL SCHUMACHER APRÈS UNE NOUVELLE OPÉRATION
LÉGÈRE AMÉLIORATION DE L'ÉTAT DE MICHAEL SCHUMACHER APRÈS UNE NOUVELLE OPÉRATION

GRENOBLE, Isère (Reuters) - Le septuple champion du monde de Formule Un Michael Schumacher, victime d'une violente chute de ski en Savoie, a subi une seconde intervention chirurgicale lundi soir à la suite d'une "légère amélioration" de son état qui est stabilisé, ont annoncé mardi les médecins du CHU de Grenoble.

L'équipe médicale reste très prudente sur l'évolution de l'état de l'Allemand, 44 ans, dans le coma depuis une chute dimanche en fin de matinée dans un secteur hors piste de la station de Méribel, où il possède un chalet.

"La situation est mieux contrôlée qu'hier. On ne peut pas dire qu'il soit hors de danger (...), mais on a gagné un peu de temps", a déclaré lors d'une conférence de presse Jean-François Payen, chef du service anesthésie-réanimation du CHU de Grenoble (Isère).

Les médecins ont expliqué avoir décidé lundi soir d'une nouvelle intervention chirurgicale, après une première dimanche, en accord avec la famille du champion en raison de signes d'amélioration "un petit peu inattendus" détectés lors d'un nouveau scanner cérébral.

"Tard dans la soirée, un nouveau scanner cérébral a été effectué devant une amélioration passagère de la situation", a rapporté la directrice du CHU, Jacqueline Hubert.

L'intervention, entamée vers 22h00, a permis d'évacuer un hématome "volumineux" au sein du cerveau, sur le côté gauche, et de diminuer ainsi la pression intracrânienne, a indiqué le professeur Emmanuel Gay, chef du service de neurochirurgie, qui parle d'"une situation stabilisée".

"Ce matin, il y a un peu de mieux pour rapport à hier", a-t-il dit. "Attention, il y a encore beaucoup de chemin".

UN ETAT "FRAGILE, CRITIQUE"

La directrice du CHU a confirmé qu'un nouveau scanner réalisé mardi matin montrait "des signes radiologiques de légère amélioration."

Le champion, qui est toujours plongé dans un coma artificiel, souffre de lésions cérébrales "à surveiller". Il portait un casque lors de l'accident, mais la protection s'est brisée sous l'effet du choc contre un rocher, a dit lundi à Reuters le procureur de la République d'Albertville, Philippe Quincy.

"On reste dans un état qui est considéré (...) comme fragile, critique", a souligné Jean-François Payen.

"On gagne un peu de temps" dans cette phase de stabilité, a-t-il poursuivi, soulignant qu'"en réanimation, les choses évoluent très vite dans un mauvais sens comme dans le bon sens". "On n'a pas baissé l'intensité thérapeutique".

"Il est pour l'instant hors de question" de procéder à une troisième intervention chirurgicale, a dit le professeur Gay.

"On a une stratégie médicale qui est pour l'instant de corriger un certain nombre d'anomalies qui persistent, qui sont du domaine de la réanimation", a dit Jean-François Payen.

Les médecins soulignent que dans ce cas de figure, il est prématuré de se prononcer sur la suite. Un coma artificiel "peut durer le temps qu'on le juge nécessaire", a dit le chef du pôle de réanimation.

"C'est difficile de se projeter dans un avenir même proche", mais "les heures à venir seront cruciales", a-t-il ajouté.

"IL FAUT RESTER RÉALISTE"

Un éventuel transfert du champion dans un autre établissement est pour l'heure exclu. Ce "serait dangereux sur le plan de sa condition médicale qui est encore très fragile", a déclaré Jean-François Payen. "Nous pensons qu'il est important qu'il soit traité ici".

La famille de Michael Schumacher, notamment son épouse Corinna et ses enfants Mick, 14 ans, et Gina-Marie, 16 ans, sont à son chevet, ainsi que son frère Ralf.

Spécialiste de la médecine sportive et proche de la famille depuis qu'il a opéré le coureur automobile d'une fracture à la jambe en 1999, le professeur Gérard Saillant, président de l'Institut du cerveau et de la moëlle épinière, est à leurs côtés à Grenoble à titre "amical".

Il est intervenu mardi lors de la conférence de presse pour souligner que l'incertitude prédominait sur l'évolution de l'état du champion et pour inviter à la retenue les médias, très nombreux à Grenoble.

"Il ne faut pas dire que c'est gagné (....), c'est un peu mieux qu'au début, mais il faut rester réaliste", a-t-il affirmé.

Michael Schumacher a définitivement quitté la Formule Un à la fin de la saison dernière après être sorti de sa première retraite sportive pour un bail de trois ans chez Mercedes, durant lequel il a rarement lutté pour les premières places.

Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant