L'Etat de New York poursuit à son tour VW dans le Dieselgate

le
0
 (Actualisé avec précisions, contexte) 
    par David Shepardson 
    WASHINGTON, 19 juillet (Reuters) - L'Etat de New York a 
annoncé mardi avoir déposé une plainte en justice contre 
Volkswagen  VOWG_p.DE , qu'il accuse d'avoir dissimulé pendant 
des années un trucage méthodique de ses moteurs diesel pour 
limiter leurs émissions polluantes en condition de test. 
    Selon la plainte, le constructeur a mis au point au moins 
six différents "dispositifs de contournement", le plus ancien 
remontant à 1999. 
    Des dizaines d'employés et de responsables, dont l'ancien 
président du directoire Martin Winterkorn, ont participé à la 
fraude ou en étaient informés, selon la plainte déposée par Eric 
Schneiderman, l'"Attorney General" de New York. 
    En août 2015, huit ingénieurs de Volkswagen ont en outre 
détruit des données compromettantes après avoir appris par un 
juriste qu'il serait bientôt donné l'ordre de ne détruire aucun 
document, lit-on encore dans le texte. "Une partie mais non 
l'ensemble des données a pu être récupérée", précise-t-il. 
    New York était l'un des trois Etats, avec le Maryland et le 
Massachusetts, à déposer une plainte séparée dans le cadre du 
scandale "Dieselgate" qui éclabousse le groupe automobile 
allemand depuis septembre dernier. 
    Les trois Etats accusent VW d'avoir enfreint leurs lois sur 
la protection de l'environnement. 
    Selon la plainte de l'Etat de New York, le constructeur a su 
dès mars 2014 que des tests menés sur route sur deux véhicules 
diesel par un laboratoire de l'Université de Virginie 
occidentale concluaient à des émissions cinq à 35 fois 
supérieures à la limite autorisée. 
    L'origine des dispositifs de contournement remonte à 1999, 
quand les ingénieurs d'Audi travaillaient sur un moteur diesel 
V6 à 3,0 litres pour le marché européen. Ils avaient alors mis 
au point une technologie permettant d'éliminer le bruit 
caractéristique du diesel au démarrage mais qui avait pour 
conséquence de dépasser les normes en matière d'émissions. 
    "Audi a réglé ce problème en installant un logiciel 
permettant de fausser les tests", dit le texte de la plainte, en 
précisant que le dispositif a servi en Europe en 2004-2008 puis 
a été installé à partir de 2006 sur les véhicules commercialisés 
aux Etats-Unis. 
    VW a admis en septembre avoir équipé plus de 11 millions de 
véhicules diesel de logiciels permettant de fausser les 
résultats de contrôles de pollution. Le groupe a accepté le mois 
dernier de verser 15,4 milliards de dollars (14 milliards 
d'euros) pour mettre fin à des poursuites des autorités 
fédérales et de 44 Etats américains, mais il reste sous la 
menace de plusieurs enquêtes. 
    L'addition sera encore plus lourde si VW est contraint de 
racheter les 85.000 véhicules Audi, Porsche et VW en cause aux 
Etats-Unis. 
 
 (Véronique Tison pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant