L'État contre les actionnaires : la bataille des droits de vote double

le , mis à jour le
21
Carlos Ghosn présente la nouvelle Renault Espace à François Hollande le 3 octobre 2014 au Salon de l'automobile.
Carlos Ghosn présente la nouvelle Renault Espace à François Hollande le 3 octobre 2014 au Salon de l'automobile.

"Un homme, une voix" : ce principe qui sous-tend la démocratie parlementaire ne doit pas nécessairement s'appliquer aux actionnaires des entreprises cotées en bourse. L'État français a en tout cas décidé de forcer l'adoption de droits de vote double au profit des investisseurs dits de "long terme", en contradiction avec la règle de "démocratie actionnariale", "une action, une voix". Tout cela au nom "de la reconquête de l'économie réelle" face à une finance jugée court-termiste. La puissance publique espère ainsi favoriser un actionnariat stable, au détriment des fonds activistes qui mettent la pression sur les entreprises pour qu'elles leur redistribuent un maximum de profits. Elle cherche aussi à rendre plus difficiles les prises de contrôle hostiles. 22 entreprises du CAC 40 appliquent déjà les droits de vote doubleLa loi Florange du 29 mars 2014, adoptée en réaction à la fermeture des hauts fourneaux d'ArcelorMittal en Moselle, prévoit ainsi que les actionnaires d'une société depuis au moins deux ans bénéficient désormais de droits de vote double, sauf en cas de vote contraire en assemblée générale à la majorité des deux tiers. De tels droits de vote double existent déjà en réalité, sous une forme ou sous une autre, dans 22 sociétés du CAC 40. D'autres pays les ont rendus possibles comme les États-Unis, la Suède ou, plus récemment, l'Italie. Mais le forcing de l'État français pour les imposer passe mal. Campagne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gl060670 le dimanche 19 avr 2015 à 14:29

    Une idée intéressante !!

  • b.mr le dimanche 19 avr 2015 à 01:17

    en suivant ce principe, je me demande si on va pas instaurer un droit de vote double pour les français depuis plus de génération, et un droit de vote simple pour les autres français!

  • dsta le dimanche 19 avr 2015 à 00:16

    Nyorker: Merci pour l'info! Effectivement je ferais tout à fait confiance au lander de base saxe, alors qu'en aucun cas, comme pour 80% des Français, je n'imagine faire confiance aux bras cassés socialistes qui sont censés nous gouverner! …Et effectivement ce sera sans doute du Volkswagen, alors que jusqu'à présent c'était du Peugeot ou Renault de façon indéfectible!

  • 22329524 le samedi 18 avr 2015 à 19:00

    Arnaud MONTEBOURG l'avait dit au Sujet du Compagnon de Ségolène ;-) ..... !

  • quoa le samedi 18 avr 2015 à 18:44

    donc 1 gouddah vaut 2 roqueforts en comparaison:c'est pourquoi on n'achète plus français

  • Toti1926 le samedi 18 avr 2015 à 17:19

    Alors un homme en vaut deux!

  • bredt le samedi 18 avr 2015 à 15:28

    Hollande n'est pas concerné, il n'a pas le plus petit portefeuille boursier.

  • seba.les le samedi 18 avr 2015 à 14:02

    Très bonne chose.Ca évitera aux banksters (qui sont presque les seuls à jouir de la volatilité) de jouer avec nous.Même si le débats est plus long que ca.

  • NYORKER le samedi 18 avr 2015 à 12:51

    Dsta : n'achete pas non plus de voiture du groupe Volkswagen c'est a dire Seat Porsche, Volskwagen, Audi car le lander de basse saxe est actionnaire majoritaire et le qatar en a 17% !!! Choisis bien ta voiture en fonction des actionnaires et bonne chance

  • frk987 le samedi 18 avr 2015 à 12:49

    Une action sans droit de vote doit coter moins cher, qu'une action avec droit simple et pire avec une action à vote double. C'est la règle boursière.