L'Etat cède une nouvelle part du capital de Safran

le
0

(Actualisé avec précisions) PARIS, 2 mars (Reuters) - L'Etat a lancé lundi le processus de cession d'une partie de sa participation dans le groupe Safran SAF.PA , qui pourrait lui permettre de récolter jusqu'à 1,2 milliard d'euros. L'Agence des Participations de l'État (APE) prévoit de céder 3,96% du capital du motoriste aéronautique (soit 16,5 millions d'actions), avec une option permettant de vendre jusqu'à 4,55%, soit un nombre maximum de 18,975 millions d'actions. Au terme de ce placement, l'Etat restera le premier actionnaire de Safran, avec 18,03% de son capital (17,44% en cas d'exercice de l'option de surallocation). "Les droits de vote double dont dispose l'Etat lui permettront de maintenir à terme son influence à l'assemblée générale de l'entreprise", soulignent dans une communiqué les ministères de l'Economie et des Finances. L'Etat a allégé à plusieurs reprises au cours de ces dernières années sa participation dans Safran et dans le capital d'autres entreprises à participations publiques, afin de réduire son endettement et de réinvestir dans des secteurs économiques d'avenir. Sur la base du cours de clôture de Safran lundi (63,76 euros), le produit de cette cession pourrait atteindre 1,2 milliards d'euros si l'option de "surallocation" était exercée. (Noëlle Mennella et Jean-Michel Bélot, édité par Wilfrid Exbrayat)

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant