L'Etat aurait choisi Philippe Varin pour présider Areva

le
11
PHILIPPE VARIN ASSUMERAIT LA PRÉSIDENCE D'AREVA
PHILIPPE VARIN ASSUMERAIT LA PRÉSIDENCE D'AREVA

PARIS (Reuters) - L'Etat souhaite voir nommé Philippe Varin à la présidence d'Areva à l'occasion du changement de la gouvernance du groupe nucléaire, a-t-on déclaré vendredi dans l'entourage du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

L'ex-patron de PSA Peugeot Citroën remplacerait ainsi Pierre Blayau, aujourd'hui président du conseil de surveillance, alors qu'Areva a prévu de se doter d'ici à la fin de l'année d'un conseil d'administration avec un président et un directeur général.

"L'Etat souhaite que Philippe Varin puisse entrer au conseil d'administration d'Areva en vue d'en prendre la présidence", a-t-on déclaré dans l'entourage d'Emmanuel Macron, confirmant des informations du quotidien Les Echos.

"Le conseil de surveillance d'Areva devrait se réunir d'ici la fin de la semaine prochaine" et proposera lors d'une assemblée générale des actionnaires la liste des administrateurs dans laquelle figurera le nom de Philippe Varin, a-t-on ajouté.

Areva, dont l'Etat français contrôle directement ou indirectement près de 87% du capital, n'a pas commenté ces informations.

Le groupe a confié en octobre à son directeur général délégué, Philippe Knoche, les responsabilités qui étaient celles du président de son directoire, Luc Oursel, qui a dû renoncer à ses fonctions pour des raisons de santé.

Philippe Varin doit également être nommé administrateur d'EDF le 21 novembre lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe, dont l'Etat a décidé de remplacer le PDG Henri Proglio par Jean-Bernard Lévy, actuellement à la tête de Thales.

"Philippe Varin sera également administrateur d'EDF, ce qui permettra d'assurer la cohérence de la stratégie des deux groupes", observe-t-on de même source.

Pénalisé par une demande limitée de la part de ses clients électriciens, Areva a annoncé début octobre son intention de réduire ses investissements et de céder des actifs pour éviter une dégradation de ses notes de crédit.

(Jean-Baptiste Vey et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le vendredi 14 nov 2014 à 18:06

    C'est toujours mieux qu'un énarque.....

  • remymar3 le vendredi 14 nov 2014 à 17:53

    encore un superman de polytechnique parachuté. en gommant toutes les compétences internes. le pantouflage Français ennemi de l'ascenceur social et de la meritocracie. cela dure depuis 1945... combien de richesses ces gens là ont ils pompés quand ce n'est as détruites et pompées

  • nestotor le vendredi 14 nov 2014 à 17:49

    coté impots ça va donné quoi, il garde sa retrite ou non?

  • tigercox le vendredi 14 nov 2014 à 17:45

    Le jeu des chaises musicales et du cumul des mandats...ces gens-là n'en ont jamais assez!!!Ils ont échoué comme les politiques et ils sont recasés pour reproduire les mêmes échecs. Cette nomination est vraiment lamentable et Macron se déshonore.

  • herve433 le vendredi 14 nov 2014 à 17:44

    sont bon à tout et surtout bon à rien....!

  • M8022166 le vendredi 14 nov 2014 à 17:43

    Bof, lui ou une autre brèle, ça revient au même

  • M9035148 le vendredi 14 nov 2014 à 17:30

    après un échec chez PSA , car il ne connaissait pas l'auto, remarquez , il a été formé deux ans tout en faisant ces bourdes....Il ne connait pas le nucleaire... QUID????

  • fernan.p le vendredi 14 nov 2014 à 17:21

    Et BLAYAU, on va le caser où ?

  • M8252219 le vendredi 14 nov 2014 à 17:19

    Belle occase comme une pigeot.

  • M4630859 le vendredi 14 nov 2014 à 17:19

    Il lui ont retirés sa retraite chapeau, faut qu'il mange, le pauvre.