L'Etat apportera 5 à 7 milliards de garanties à Banque PSA

le
2

PARIS (Reuters) - L'Etat français apportera 5 à 7 milliards d'euros de garanties à Banque PSA Finance, la filiale de PSA Peugeot Citroën spécialisée dans le crédit automobile et actuellement en difficulté, a déclaré mardi une source proche du dossier.

Une réunion sur le sujet s'est tenue lundi à Matignon, selon des informations de presse. Le Quotidien Les Echos, notamment, écrit que l'objectif est de parer à une éventuelle nouvelle dégradation de la note crédit du constructeur automobile par les agences de notation dans la foulée du chiffre d'affaires du groupe, attendu mercredi matin.

Dans un entretien à Libération, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a déclaré que l'Etat apporterait sa garantie conjointement avec les banques à l'activité bancaire du groupe automobile, avec pour condition notamment une réduction du nombre de suppressions d'emplois annoncées en juillet et une évolution de la gouvernance du groupe.

Un porte-parole de PSA a refusé de faire un commentaire.

Bien qu'elle ait encore dégagé au premier semestre un bénéfice opérationnel courant, alors que la branche automobile du groupe tombait dans le rouge, Banque PSA Finance est contrariée dans sa recherche de financement par la menace d'un déclassement de sa note crédit.

La banque est actuellement notée "BBB-" par Standard & Poor's, avec une perspective négative, et "Baa3" par Moody's, note sous revue. Dans les deux cas, elle se situe à la lisière de la catégorie investissement.

La maison-mère est notée pour sa part "BB" par Standard & Poor's et "Ba3" par Moody's, respectivement au deuxième et troisième cran dans la catégorie spéculative.

Jean-Baptiste Vey et Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • PP4512 le mardi 23 oct 2012 à 13:29

    je suis à peu prés certain que le pool bancaire ne demande pas la garantie de l'etat qu'il aurait de toutes façons beaucoup de mal à mettre en oeuvre en cas de besoin ..c'est le pantin tragique qui veut l'imposer pour jouer au matamore et exiger que le staff de PSA courbe la tête ..si les syndicats pensent que l'avenir des salariés passe par par ce type de manoeuvre !!!

  • rotul le mardi 23 oct 2012 à 13:04

    Les vilains patrons, les vilains banquiers, les soces pactisent avec le diable. Z'ont pas honte enfin ils se mettent à la hauteur de leur éléctorat.