L'Etat allemand s'apprête à monter à 12% dans EADS

le
0

BERLIN (Reuters) - L'Etat allemand s'apprête à prendre une participation plus importante que prévu de 12% dans le capital d'EADS, maison-mère d'Airbus, a-t-on appris vendredi de source gouvernementale allemande, un nouveau signe de la volonté de Berlin de défendre ses intérêts au sein du groupe aéronautique européen.

L'Etat allemand, via la banque publique de développement KfW, reprendrait les participations du constructeur automobile Daimler et de plusieurs banques privées, a précisé la source, confirmant une information de la presse allemande.

"Le projet de loi de finances rectificative prévoit 1,6 milliard d'euros dans ce but", a ajouté cette source.

L'Allemagne avait déjà fait savoir qu'elle rachèterait 7,5% d'EADS à Daimler. Les 4,5% supplémentaires seraient achetés auprès du consortium bancaire Dedalus.

Interrogée sur le sujet, une porte-parole du ministère allemand de l'Economie a simplement déclaré que le gouvernement avait effectué des provisions destinées à financer l'acquisition d'actions EADS supplémentaires au cas où des banques privées souhaiteraient en vendre.

Vers 13h45 à la Bourse de Paris, l'action EADS cédait 0,31% à 30,1450 euros alors qu'elle avait gagné jusqu'à 1,8% en début de séance.

EADS est pour l'instant contrôlé par un partenariat entre Daimler, le français Lagardère et l'Etat français.

La démarche de l'Allemagne pourrait peser dans le débat qui oppose Berlin à EADS sur la localisation des sites de production, alors que le groupe a déjà mis l'Allemagne en garde contre toute tentative d'ingérence.

Le président exécutif d'EADS Louis Gallois a défendu début mars le projet de son successeur désigné Thomas Enders de domicilier un plus grand nombre d'activités du groupe à Toulouse, où se trouve le siège d'Airbus, s'attirant des critiques de Berlin.

Peter Hintze, responsable des dossiers aéronautiques pour le gouvernement d'Angela Merkel, a ainsi déclaré qu'il militerait pour que l'Allemagne s'assure une part équitable des activités de recherche-développement et de production d'Airbus.

Un porte-parole d'EADS s'est refusé à commenter ces informations. Daimler n'était pas disponible dans l'immédiat pour un commentaire.

Danielle Rouquié et Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant