L'Est des Etats-Unis se prépare à l'arrivée de Sandy

le
0
L'EST DES ETATS-UNIS SE PRÉPARE À L'ARRIVÉE DE SANDY
L'EST DES ETATS-UNIS SE PRÉPARE À L'ARRIVÉE DE SANDY

par Gene Cherry

HATTERAS ISLAND, Caroline du Nord (Reuters) - L'ouragan Sandy pourrait être la plus importante tempête à frapper le continent américain lorsqu'elle atteindra la côte Est des Etats-Unis dans la nuit de lundi, accompagnée de vents violents et de risques de graves inondations depuis les Etats du centre du littoral Atlantique jusqu'à la Nouvelle-Angleterre, redoutent dimanche les météorologistes.

L'ouragan se rapprochant, où les habitants se préparaient dimanche à subir le passage dévastateur de la perturbation qui a déjà fait une soixantaine de morts dans les Caraïbes.

Selon le Centre national des ouragans (NHC), Sandy devrait aborder le littoral américain lundi soir ou mardi, à une semaine de l'élection présidentielle, entre l'Etat du Delaware et la région de New York et du New Jersey.

Les météorologues estiment que d'après sa trajectoire actuelle, Sandy devrait probablement toucher en premier lieu les régions de New York et du New Jersey avant de s'enfoncer dans les terres vers Philadelphie et la Pennsylvanie.

Les bourrasques de vent et les pluies diluviennes, conjuguées aux fortes marées de la pleine lune, pourraient provoquer d'importants dégâts et des inondations dans les principales agglomérations de la zone menacée, l'une des régions les plus densément peuplées du pays qui compte notamment des villes comme Boston, New York, Washington, Baltimore et Philadelphie.

Le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a annoncé la fermeture de l'ensemble des transports en commun (métro, autobus et trains de banlieue) de la ville de New York à compter de dimanche à 19h00 locales (23h00 GMT) en prévision de l'arrivée de l'ouragan, ce qui pourrait paralyser le coeur financier du pays.

De son côté, le maire de New York, Michaël Bloomberg, a ordonné la fermeture, lundi, des écoles ainsi que l'évacuation des riverains des zones allant de City Island jusqu'à Coney Island en passant par Battery Park.

Michaël Blomberg a précisé durant une conférence de presse que cet ordre d'évacuation s'appliquait aux habitants de la Zone A, qui couvre les régions côtières.

TRANSPORTS PERTURBÉS

L'administration Obama estimé que Sandy pourrait affecter 50 millions de personnes et l'ouragan a d'ores et déjà perturbé les transports.

Plus de 700 vols, dont des vols internationaux, ont été annulés dimanche et quelque 2.500 de plus ont été retirés lundi, selon le site FlightAware.com.

La compagnie Air France a annoncé dans un communiqué qu'elle annulait tous ses vols de lundi de et à destination des aéroports de New York-Kennedy et de Washington-Dulles.

Dans son dernier bulletin en date, dimanche matin, le NHC signale la présence de Sandy à 420 km au sud-sud-est de Cape Hatteras, en Caroline du Nord, en train de se déplacer à 20 km/h, accompagné de vents soufflant jusqu'à 120 km/h.

C'est cependant moins la vitesse de ses vents qui rend Sandy exceptionnel, que leur ampleur. Les vents qui justifient le classement du phénomène en ouragan de catégorie 1 s'étendent jusqu'à 280 km de son centre, et les bourrasques qualifiables en tempête tropicale atteignent jusqu'à 1.670 km de diamètre. Sandy ne devrait pas se renforcer en intensité mais s'élargir.

A marée haute, l'ouragan pourrait provoquer une montée des eaux jusqu'à 3,4 mètres au-dessus des niveaux habituels observés dans le détroit de Long Island et dans le port de New York.

"La taille (de Sandy), sur une région très peuplée, suffit à le rendre historique", juge Jeff Masters, un spécialiste des ouragans, qui estime que le réseau métropolitain de New York pourrait être inondé.

Selon le site de l'agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA), Sandy pourrait être le plus important ouragan à frapper les Etats-Unis.

ÉTAT D'URGENCE

Au niveau des Etats, celui de New York, la Caroline du Nord, la Virginie et le Maryland ainsi que Washington, la capitale fédérale, ont décrété l'état d'urgence. Les habitants ont été encouragés à stocker eau, nourriture et piles électriques.

Les autorités du New Jersey ont ordonné la fermeture des casinos et envisageaient la possibilité de fermer les transports en commun de l'Etat.

La marine de guerre américaine a ordonné à tous les bâtiments dans la région de Norfolk, en Virginie, y compris un porte-avions à propulsion nucléaire, de se déplacer pour être hors d'atteinte de la zone des tempêtes.

Née à la fin de la saison des ouragans dans l'Atlantique, cette dépression conjugue des caractéristiques d'un cyclone tropical et d'une tempête hivernale. Elle dispose donc, selon les modèles de prévision météorologiques, de tous les ingrédients pour se transformer en "super tempête".

Son arrivée pourrait bousculer la dernière semaine de campagne pour l'élection présidentielle du 6 novembre aux Etats-Unis, où Barack Obama et Mitt Romney sont au coude à coude dans les intentions de vote.

Un collaborateur de Mitt Romney a annoncé que le candidat républicain avait annulé un meeting prévu dimanche à Virginia Beach, en Virginie, et qu'il se rendrait à la place dans l'Ohio.

PRÈS DE 50.000 ÉVACUATIONS

Jay Carney, porte-parole de la Maison blanche, a indiqué que Barack Obama annulait également ses déplacements prévus en Virginie et dans le Colorado en début de semaine pour superviser toutes les questions relatives à l'ouragan depuis Washington.

Une grande partie de la côte nord-est de la Floride a été placée en état d'alerte, de même que l'ensemble du littoral jusqu'à la Caroline du Nord. Le gouverneur du Delaware Jack Martell a également ordonné samedi l'évacuation de près de 50.000 personnes sur la côte.

"Ce n'est pas seulement une menace côtière", a averti Craig Fugate, directeur de l'Agence fédérale de gestion des situations d'urgence (Fema), mettant en garde contre des inondations potentielles dans le Maryland et en Pennsylvanie, ainsi que des chutes de neige de plus de 60 centimètres dans l'ouest de la Virginie et le sud-ouest de la Pennsylvanie.

L'ouragan a fait au moins 66 morts au total en passant par les Caraïbes, dont 51 dans le sud d'Haïti, selon les autorités, ainsi que 11 à Cuba. La plupart des victimes ont été tuées par des chutes d'arbres ou dans l'effondrement de bâtiments.

De nombreux météorologues prédisent que Sandy pourrait être plus destructeur que l'ouragan Irene, qui a provoqué des milliards de dollars de dégâts en 2011 dans le nord-est des Etats-Unis. Selon eux, cinquante à soixante millions de personnes pourraient être touchées par Sandy.

Avec Dave Warner à Philadelphie, Ellen Wulfhorst et Caroline Humer à New York, Mary Ellen Clark dans le Connecticut, Sam Youngman à Washington et Gene Cherry à Hatteras Island; Hélène Duvigneau, Julien Dury et Juliette Rabat pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant