L'est de l'Europe hostile au pacte pour l'euro

le
0
La Hongrie et la République tchèque redoutent de perdre leur souveraineté budgétaire.

Pour la Hongrie et la République tchèque, c'est non. Ni Prague ni Budapest n'acceptent de rejoindre le pacte pour l'euro, introduit à la demande de l'Allemagne et de la France pour éviter aux pays non membres de la zone euro de nouvelles crises de la dette, et adopté lors du sommet européen des 24 et 25 mars à Bruxelles.

Le pacte veut renforcer les mécanismes de surveillance et d'intervention rapide au sein de la zone euro, pour parer aux situations de banqueroute similaires à celles survenues lors de l'automne 2008 dans les économies les plus fragiles de l'UE (Hongrie, Estonie).

Cette ambition s'est heurtée aux réticences de certaines capitales, qui voient le pacte comme une atteinte à l'indépendance de leurs politiques fiscales: la République tchèque, la Hongrie, la Grande-Bretagne et la Suède ont ainsi choisi de rester en dehors de cette stratégie. «La réunion du vendredi 25 mars à Bruxelles n'a porté que sur une nouvelle limitation radicale de la souveraine

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant