L'espoir prudent des minorités d'Égypte

le
0
La nouvelle Constitution, soumise au référendum avant la fin de l'année, promet de leur garantir plus de droits.

Le Caire

Elles sont les victimes collatérales des soubresauts qui bousculent leur pays. De révolution en coup de force militaire, les minorités religieuses d'Égypte ont souffert d'un regain de violence au cours des trois dernières années: attaques d'églises, lynchages de chiites, discrimination verbale envers les juifs. La nouvelle Constitution, en cours de réécriture par un comité de 50 personnes, et qui sera soumise au référendum avant la fin de l'année, promet de leur garantir plus de droits.

D'après Mohammed Salmawy, le porte-parole de ce panel, «c'est la Constitution la plus libérale de notre histoire». Dans ce pays à majorité musulmane, «l'islam comme religion d'État» a été introduit dès la loi fondamentale de 1923. Des années plus tard, dans la Constitution de 1971 adoptée sous Nasser, la «charia» s'impose comme une «source princi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant