L'espoir d'un peu de quiétude en Syrie, malgré un accord de trêve difficilement viable

le
0
Dans un des marchés d'Alep, quelques heures avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu dans le pays, le 26 février.
Dans un des marchés d'Alep, quelques heures avant l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu dans le pays, le 26 février.

A minuit, les armes se sont tues dans la banlieue de Damas et dans la ville d’Alep en vertue d’un cessez-le-feu initié par Washington et Moscou et soutenu par l’ONU.

Le calme régnait dans les régions de Syrie tenues par les rebelles et le régime après l’entrée en vigueur, dans la nuit du vendredi 26 au samedi 27 février, d’un cessez-le-feu initié par Washington et Moscou et soutenu par l’ONU. A minuit précise (heure locale, 23 heures à Paris), les armes se sont tues dans la banlieue de Damas et dans la ville d’Alep. Le régime syrien, ses opposants et les forces kurdes se sont engagés à suspendre leurs attaques. Les gens veillaient dans les rues en profitant de ce moment exceptionnel de quiétude.

Mais dans ce pays morcelé par cinq ans de guerre, la probabilité que cette trêve soit respectée, s’enracine et débouche sur un cessez-le-feu de longue durée est très mince. Le Haut comité pour les négociations (HCN), le bras diplomatique de l’opposition syrienne, a certes obtenu le ralliement à cet accord d’une centaine de groupes armés.

Mais, dans un mémorandum envoyé mercredi 24 février à ses principaux soutiens, arabes et occidentaux, il a conditionné le respect de la trêve à la mise en œuvre immédiate des dispositions humanitaires de la résolution 2254 des Nations Unies, votée le 18 décembre dernier. Ces articles enjoignent les belligérants de permettre l’entrée de l’aide humanitaire dans toutes les zones assiégées et de libérer leurs prisonniers, notamment les femmes et les enfants, ce que le régime syrien, principal concerné, ne semble pas près d’accorder à ses adversaires. « La non-application de ces articles pendants la trêve équivau...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant