"L'Espagne vivait des moments bien pires avant l'Euro 2008"

le
0
"L'Espagne vivait des moments bien pires avant l'Euro 2008"
"L'Espagne vivait des moments bien pires avant l'Euro 2008"

Au cœur de sa maison dans la communauté de Valence, fraichement retraité des New York Cosmos, Marcos Senna profite et nous parle de sa sélection d'adoption, dont il était un des piliers en 2008 : l'Espagne.

Qu'est-ce que tu fais de ta vie maintenant ?
Je travaille au sein de Villarreal. Je suis chargé des relations institutionnelles et de l'image sur le plan international. Cela arrive que je me rende aux tirages au sort, aux cérémonies officielles par exemple… Je suis un peu sur tous les fronts de la promotion du club, en fait.

Parlons de ton arrivée avec la sélection espagnole. Comment Aragonés t'as convaincu de jouer pour l'Espagne ?
Je possède aujourd'hui les deux nationalités. Aragonés m'a vu jouer avec Villarreal, et vu que je n'avais pas joué avec la sélection brésilienne, il s'est décidé à me convoquer. Il n'y avait pas de discours avec lui au départ, simplement qu'il souhaitait choisir les meilleurs. À ce moment-là, j'étais en train de jouer un rôle important à Villarreal. Il est venu et m'a dit : " Tu aimerais jouer pour l'Espagne ? ". J'ai répondu oui, et c'était acté. J'avais très envie de jouer pour l'équipe du Brésil bien sûr, mais je n'avais pas d'opportunités. On ne m'avait jamais appelé. On me proposait de jouer un Mondial avec l'Espagne, j'y suis allé. Et c'était très bien comme ça.

Au Mondial 2006 et avant l'Euro 2008, Aragonés était très critiqué... Comment avez-vous vécu cela ?
Nous avions confiance en nous, nous étions conscients de nos capacités. Les critiques, elles arrivent toujours quand tu ne gagnes pas. Si tu gagnes en revanche, là il n'y a plus de critiques.

Et après la France en 2006, il y a eu des critiques…
Ce match avait connu une issue tout à fait normale, car la France était simplement meilleure. Je pense qu'il nous a manqué de constance dans ce match. Notre intensité en première période n'étais pas la même qu'en seconde.

« Sergio Busquets serait le joueur qui se rapproche aujourd'hui le plus de moi, même si je le vois moins proche de la surface, moins frapper de loin. Mais, en réalité, nous avons le même rôle avec La Roja. »Marcos Senna

En fait, tout commence avec cette élimination contre la…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant