L'Espagne victime du compromis de Bruxelles

le
0
L'accord scellé à Bruxelles sur l'union bancaire ne garantit pas une recapitalisation directe des banques espagnoles en difficulté. La Bourse de Madrid reculait vendredi de 1,56%.

Madrid

Fidèle à ses habitudes, Mariano Rajoy a présenté les conclusions du sommet de Bruxelles comme favorables aux intérêts espagnols. «Nous avons avancé de manière substantielle au sujet de l'union bancaire, qui est une bonne proposition», a déclaré le chef du gouvernement espagnol à l'occasion d'une conférence de presse organisée ce vendredi à Bruxelles.

Le Conseil européen, pourtant, a retardé la mise en place de la supervision communautaire des banques. Et ce changement de calendrier est préjudiciable à l'Espagne, car le contrôle européen des banques est un préalable à la recapitalisation directe des établissements financiers.

«Merkel a imposé ses intérêts»

Autrement dit, pour Madrid, la principale conclusion de ce sommet est que les 40 milliards d'euros sollicités pour remettre à flot ses banques transiteront par l'État espagnol... et gonfleront d'autant sa dette publique qui a été revue en hausse à 85% du PIB pour 2012 et 90,5% du PIB en 201

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant