L'Espagne va annoncer de nouvelles mesures d'austérité

le
0
L'Espagne va annoncer de nouvelles mesures d'austérité
L'Espagne va annoncer de nouvelles mesures d'austérité

par Andrés González et Julien Toyer

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol met la dernière main à une série de coupes budgétaires et de hausses d'impôts qui devraient lui rapporter jusqu'à 30 milliards d'euros, afin d'atteindre ses objectifs de réduction du déficit pour cette année, a-t-on appris mercredi auprès de sources proches du dossier.

Ce plan, qui s'étendrait sur plusieurs années, impliquerait, au niveau de la hausse des recettes, une augmentation du principal taux de TVA, la création d'un prélèvement sur l'énergie et de nouveaux péages sur les autoroutes.

La baisse des dépenses serait obtenue par une réforme du système de retraites, une baisse des traitements dans la fonction publique et une nouvelle réduction importante des budgets des ministères et des régions.

Certaines mesures pourraient être annoncées la semaine prochaine, au cours de laquelle l'Union européenne devrait donner un an de plus à l'Espagne pour abaisser son déficit à 3% du produit intérieur brut (PIB), un objectif actuellement fixé pour 2013.

Le reste du programme pourrait être annoncé dans le cadre d'un plan budgétaire pluriannuel, prévu pour le mois d'août.

"L'idée est de mettre en oeuvre des coupes d'une valeur de 3% du PIB", selon l'une des sources, au courant des réflexions gouvernementales. "Tout est à l'étude."

MANQUE DE CROISSANCE

La valeur nominale du PIB espagnol étant de 1.000 milliards d'euros par an, les coupes devraient donc atteindre environ 30 milliards d'euros.

Elles s'ajouteraient aux 48 milliards d'euros d'économies déjà visées par de précédents plans, sans qu'il soit certain que l'accumulation des mesures d'austérité rassure les marchés.

"Plus d'austérité ne fera qu'aggraver les choses à court terme", estime Nicholas Spiro, du cabinet Spiro Sovereign Strategy.

"Le marché n'a pas besoin d'être convaincu du sérieux (du président du gouvernement Mariano) Rajoy sur la réduction budgétaire", ajoute-t-il. "La véritable inquiétude concerne le manque de croissance."

La Commission européenne et le Fonds monétaire international ont chacun prévenu que l'Espagne ne devait pas aller trop vite dans la réduction de son déficit, alors que son économie est tombée en récession au premier trimestre, pour la seconde fois en trois ans.

La crise bancaire qui dure depuis quatre ans, et le fort endettement des communautés autonomes, les régions espagnoles, font craindre aux investisseurs un effondrement de l'économie espagnole qui mettrait en danger la zone euro tout entière.

L'Espagne, qui négocie un renflouement européen de 100 milliards d'euros pour ses banques, a obtenu vendredi un accord de l'ensemble des dirigeants de la zone euro sur une possible recapitalisation directe de ses banques par le Mécanisme européen de solidarité (MES), le futur fonds de sauvetage financier de l'union monétaire.

Julien Dury pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant