L'Espagne subit le nul en Italie

le
0
L'Espagne subit le nul en Italie
L'Espagne subit le nul en Italie

Dans une rencontre très amicale et malgré l'ouverture du score d'Insigne, l'Espagne a arraché le match nul grâce à Aduriz. Mais la Squadra Azzura, beaucoup plus convaincante, a bien maîtrisé le champion d'Europe en titre.

Italie 1-1 Espagne

Buts : Insigne (68e) pour l'Italie // Aduriz (70e) pour l'Espagne

Antonio Conte abandonnera la sélection italienne à la fin de l'Euro. Mais si son équipe fait preuve du même sérieux et d'une rigueur tactique identique pendant la compétition que lors de son duel du soir face à la Roja, peu de fans de la Nazionale lui en voudront. Car c'est un fait : Conte est un technicien plus intelligent que la moyenne, capable de s'adapter à son adversaire et de ne lui laisser quasiment aucun espace, même quand il s'appelle l'Espagne. Il faudra par contre un peu plus de gnaque offensive et davantage de motivation pour espérer vaincre les meilleurs. À ces conditions, sa bande pourrait aller loin. L'Espagne, elle, est parvenue a égaliser après l'ouverture du score d'Insigne. Mais en dehors de ce pion, elle n'a même jamais été dangereuse, balbutiant son football dans un triste match nul.

L'Italie au point tactiquement


Deux indications dans la compo de del Bosque en vue de l'Euro : le sélectionneur compte réelllement sur Aduriz et Morata, tous deux titulaires, et préfère actuellement de Gea, dans les cages, à Casillas. L'éternel Buffon, quant à lui, est toujours là. Sous les yeux de Maître Capello, en tribunes, Ramos manque de tromper son propre gardien sur la première incursion transalpine. Signe que les Italiens débutent plutôt bien. Il faut dire que leur organisation défensive, désormais connue pour sa charnière centrale à trois piquée à la Juve, emmerde pas mal de monde en général. Surtout avec un marquage individuel sur coups de pieds arrêtés.

Et malgré l'absence de Pirlo et Verratti, c'est bien la Squadra Azzurra qui se montre la plus créative en imposant son pressing, récupérant facilement les ballons au milieu du terrain. Les Espagnols usent donc de longs ballons... Un comble pour del Bosque, qui se fait carrément mettre à terre par l'arbitre assistant. Un seul élément se bouge dans le camp de la Roja : Morata. Le jeune Turinois, souvent au sol lui aussi, mange pas mal de coups. Pourtant, le rythme et l'intensité sont loin d'être démentiels. Dur, dur de se motiver pour un amical après avoir disputé la Ligue des Champions ou être au taquet en championnat...

Insigne, bien mieux qu'un







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant