L'Espagne sort de deux ans de récession

le
0
LA CROISSANCE ESPAGNOLE
LA CROISSANCE ESPAGNOLE

par Paul Day

MADRID (Reuters) - L'Espagne est sortie de récession au troisième trimestre après neuf trimestres de contraction de son produit intérieur brut (PIB), selon des données préliminaires publiées mercredi par l'Institut national de la statistique (Ine).

Le PIB a progressé de 0,1% au troisième trimestre par rapport aux trois mois précédents, une hausse minimale mais qui marque la première croissance depuis le début 2011 et met fin à deux ans de récession.

La première estimation de l'Ine est conforme aux attentes des économistes et se compare à une baisse de 0,1% au deuxième trimestre. Dans son bulletin mensuel publié la semaine dernière, la Banque d'Espagne avait également dit prévoir une croissance de 0,1% pour la période juillet-septembre.

Come attendu, l'activité a été soutenue par les exportations, seul secteur de croissance depuis le début de la récession, et par la saison estivale particulièrement faste cette année du fait des tensions politiques au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

"La croissance semble due à la vigueur du secteur externe, ce qui est encourageant, et les enquêtes auprès des entreprises laissent espérer une poursuite de cette tendance à court terme", relève Ben May, économiste chez Capital Economics.

"Mais la demande intérieure continue de se contracter et dans ce contexte il est difficile d'envisager une reprise forte et soutenue."

La consommation des ménages a chuté depuis l'éclatement de la bulle immobilière en 2008 qui a entraîné des faillites en cascade et laissé des millions d'Espagnols sans travail, mais les ventes au détail ont augmenté en septembre pour la première fois depuis plus de trois ans, laissant espérer une amélioration.

La faiblesse de l'inflation pourrait aussi favoriser les dépenses des ménages. Selon des données préliminaires également publiées mercredi, les prix à la consommation harmonisés aux normes européennes ont augmenté de seulement 0,1% en octobre sur un an, leur plus faible hausse depuis quatre ans, et l'indice calculé selon les normes nationales a diminué de 0,1%.

En variation annuelle, le PIB s'est contracté de 1,2%, comme attendu, après une baisse de 1,6% au deuxième trimestre, selon l'Ine.

Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant