L'Espagne sera loin de ses objectifs de déficit en 2016

le
0
    MADRID, 6 avril (Reuters) - Madrid respectera encore moins 
cette année qu'en 2015 son objectif de déficit public, a dit 
mercredi l'organisme indépendant en charge du contrôle du 
Budget, qui a appelé les autorités du pays à accentuer leurs 
efforts pour contrôler les dépenses. 
    L'Espagne a affiché un déficit public de 5,2% du produit 
intérieur brut (PIB) en 2015 contre un engagement de le ramener 
à 4,2% en raison de dépenses plus élevées que prévu par les 
régions et de recettes moindres qu'attendu de la Sécurité 
sociale.  
    Airef, l'organisme de contrôle budgétaire, a dit s'attendre 
à un déficit légèrement supérieur à 4% du PIB cette année contre 
un engagement de Madrid vis-à-vis de la Commission européenne de 
le ramener à 2,8%.  
    La Banque d'Espagne a dit la semaine dernière prévoir un 
déficit à 4,4% du PIB cette année.   
    "Nos finances publiques continuent de souffrir d'un déficit 
de crédibilité que nous devons combler par un programme 
budgétaire à moyen terme réaliste et crédible et des avancées 
sur le plan institutionnel", a déclaré le président de l'Airef, 
Jose Luis Escriva, lors d'une conférence de presse. 
    L'Espagne n'a toujours pas de nouveau gouvernement depuis 
les élections législatives de décembre qui ont accouché d'un 
Parlement sans majorité.  
    Si aucun accord de coalition n'est trouvé d'ici au 2 mai, de 
nouvelles élections seront organisées, probablement à la fin 
juin. 
    Une prolongation de l'impasse politique dans laquelle se 
trouve le pays pourrait fragiliser les perspectives de 
croissance à long terme, a prévenu la banque centrale. 
    Le gouvernement intérimaire doit présenter avant la fin du 
mois à la Commission européenne son plan pour se conformer à 
l'engagement de déficit pour 2016. Environ 25 milliards d'euros 
d'économies doivent être trouvées pour y parvenir, selon des 
calculs de Reuters. 
    La plupart des formations politiques de pays préconisent de 
renégocier les objectifs de déficit avec Bruxelles, qui table de 
son côté sur un déficit à 3,6% du PIB cette année.  
    "Les objectifs doivent être graduels et réalistes", a dit 
Escriva. "Pour 2016, nous ne voyons aucun scénario qui 
permettrait d'atteindre l'objectif", a-t-il ajouté. 
     
 
 (Blanca Rodriguez, Marc Joanny pour le service français, édité 
par Véronique Tison) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux