L'Espagne se refuse à juger le franquisme

le
1
La dictature du général Francisco Franco (ici en 1967) a duré de 1939 à 1975.
La dictature du général Francisco Franco (ici en 1967) a duré de 1939 à 1975.

"Non, non, non, c'est hors de question. Jamais nous ne permettrons que s'ouvre cette boîte de Pandore." La réaction de ce haut magistrat anonyme, dont s'est fait l'écho le quotidien El Confidencial.com, donne une bonne idée de l'intransigeance affichée ces jours-ci par les autorités espagnoles quant à la possibilité de juger des anciens nervis du franquisme. Ni le gouvernement conservateur dirigé par Mariano Rajoy ni le Parlement, et encore moins le Tribunal suprême n'envisagent cette hypothèse. Jusqu'à présent, depuis le retour de la démocratie à la fin des années 1970 (Franco est mort en 1975), jamais un dirigeant de la dictature espagnole - qui a duré quatre décennies - ne s'est assis sur le banc des accusés : aucun n'a été jugé.Pire, le juge Baltasar Garzón a été interdit d'exercer ses fonctions en 2012. Motif officiel : avoir mis sur écoute des avocats. Motif officieux : avoir osé défier cette impunité en exigeant d'enquêter sur "les 114 000 Espagnols et les 30 000 enfants disparus pendant la dictature". À chaque fois, les autorités brandissent le même argument d'airain selon lequel les lois d'amnistie, votées par les députés en 1977, constituent un barrage contre toute mise en examen d'un quelconque dirigeant de l'ancien régime.Pression des familles de victimes et de l'ONU

Après la tentative avortée de Garzón, le déni espagnol fait aujourd'hui face à deux nouvelles offensives. D'une part, après des plaintes déposées par...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • birmon le mardi 8 oct 2013 à 06:50

    Ce n'est pas en jugeant le passé qu'on prépare l'avenir mais en vivant ensemble en paix