L'Espagne reçoit le Pape sur fond de polémique

le
0
Face aux critiques sur le coût des JMJ, le directeur financier du rassemblement catholique assure que l'événement est financé par les pélerins et le mécénat de grandes entreprises.

À Madrid

Deux petits groupes se font face Puerta del Sol. Contre la statue équestre de Carlos III, une poignée d'Indignados tient un petit stand et informe des activités de leur mouvement de protestation. À cinq mètres, une quinzaine de jeunes catholiques américains, équipés du sac à dos orange des JMJ, découvre l'un des joyaux architecturaux de la capitale espagnole. Aucune tension n'est palpable, aucune cordialité non plus. Les affichettes des Indignés précisent: «Nous ne sommes pas contre le Pape, nous sommes contre le financement public des JMJ.» Les pèlerins observent, silencieux, puis repartent à la découverte de Madrid.

L'arrivée jeudi de Benoît XVI se produit dans un climat d'effervescence politique et sociale en Espagne. Malgré la période estivale, le mouvement du 15-M (du nom de sa date de naissance, le 15 mai 2010) n'a guère molli ces derniers jours. Officiellement, les Indignés ne sont pas anticléricaux. Mobilisés contre l'austérité et l'inc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant