L'Espagne peut remercier Iniesta et Piqué face à la République tchèque

le
0

Porté par un excellent Andrés Iniesta et un Gérard Piqué décisif, l’Espagne a dû attendre la 87eme minute pour trouver l’ouverture face à la République tchèque et sa défense de fer. La Roja reprend confiance mais a montré quelques signes inquiétants sur le plan offensif.

Le debrief

La quête d’un triplé historique pour l’Espagne a failli bien mal débuter lundi du côté de Toulouse. Il a fallu en effet attendre la 87eme minute de jeu pour assister au but de la Roja. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé du côté espagnol, mais la défense de la République tchèque a fait front, jusqu’à ce but qui peut sembler cruel en fin de partie. Cependant, les partenaires de Petr Cech ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes car ils n’ont jamais vraiment voulu proposer du jeu et se sont contenté de dégager la balle loin, notamment en seconde période. Pour preuve, quand ils se sont mis à jouer, ils se sont procuré une très belle occasion pour égaliser dans les dernières secondes de jeu. De son côté, l’Espagne ne pourra pas vraiment en savoir plus sur son assise défensive et elle sait qu’elle a encore beaucoup de lacunes sur le plan offensif. Si son jeu de possession est toujours aussi bien rodé, elle a eu beaucoup de mal à mettre du rythme dans les trente derniers mètres, si ce n’est lors de l’assaut final. Titulaires au sein d’un 4-3-3, Alvaro Morata et Nolito ont notamment laissé planer le doute sur leur capacité à briller au plus haut niveau. Mais la Roja possède encore dans sa manche Andrés Iniesta. Le meneur du Barça a livré une prestation pleine et sauvé sa nation d’un match nul qui aurait suscité beaucoup d’inquiétudes. Le fiasco de 2014 est loin d’être effacé, mais la bande à Vicente Del Bosque respire certainement beaucoup mieux qu’au coup d’envoi.

Le film du match

16eme minute Première occasion pour l’Espagne. Décalé à droite; Juanfran sert dans la surface D.Silva qui centre fort du droit en première intention. Morata devance Sivok pour placer son pied droit, mais Cech est impeccable sur sa ligne. 29eme minute Nouvelle belle passe d’Iniesta vers Morata sur le côté gauche de la surface tchèque. Légèrement hors-jeu au moment de la passe, l’attaquant espagnol parvient à tenter une frappe croisée du gauche qui passe de peu à côté du poteau de Cech. 40eme minute Iniesta réalise une nouvelle passe entre les lignes. Cette fois, c’est Alba qui en profite sur le côté gauche de la surface. La frappe du Barcelonais est bien repoussée du poing par Cech. Dans la foulée, c’est D.Silva qui sollicite le gardien d’Arsenal, auteur d’une belle sortie. 45eme minute Necid se montre enfin. Bien servi par Darida, le géant tchèque profite d’un mauvais alignement de Juanfran pour tenter sa chance. C’est puissant, mais De Gea ne fait pas d’erreur sur sa ligne. 46eme minute Ça repart fort pour l’Espagne. Iniesta trouve sur le côté droit de la surface adverse Morata qui centre en retrait. Hubnik dévie la balle qui touche le poteau gauche de Cech avant de sortir en six mètres. Dans la foulée, S.Ramos est tout près de reprendre victorieusement le corner de Fabregas. 57eme minute Coup-franc excentré bien frappé côté droit par Krejci. S.Ramos est un peu court et voit Hubnik s’arracher pour reprendre le ballon du gauche. Mais De Gea se couche bien près de son poteau gauche. 65eme minute Corner joué à deux par Krejci qui trouve au second poteau Gebre Selassie. Sa tête lobe De Gea, mais énorme sauvetage de Fabregas près de sa ligne devant un Tchèque. 70eme minute Servi par Nolito, D.Silva lance grâce un très beau ballon piqué Alba dans la surface tchèque. Le latéral gauche espagnol manque un peu son enchaînement et ne parvient pas à frapper. C’est sauvé in extremis par Hubnik qui pousse le ballon en corner. 72eme minute L’Espagne pousse. Nolito centre du côté gauche. Aduriz puis Inesta touchent la balle et servent en retrait D.Silva. L’ailier espagnol se met sur son pied gauche, mais sa frappe n’est pas assez enroulée et ne trouve pas le cadre. 80eme minute Iniesta tente une percée dans la surface tchèque. Cela revient dans les pieds de Nolito qui sert parfaitement Thiago Alcantara, mais énorme sauvetage de Krejci dans ses pieds. 87eme minute (1-0) Pedro décale côté gauche Iniesta qui se remet sur son pied droit. Le centre du meneur de jeu de la Roja est magnifique au second poteau. Piqué est à la réception et place une tête décroisée qui bat Cech. 92eme minute Enorme occasion pour la République tchèque ! Krejci s’arrache sur le côté gauche et sert en retrait Darida, laissé seul. L’enchaînement du milieu tchèque est quasiment parfait, mais sa frappe lourde du droit est un peu trop au centre. De Gea repousse des poings.

Les joueurs à la loupe

Espagne INIESTA est bien l’atout n°1 de cette équipe espagnole. Sur son côté gauche, le Barcelonais n’a cessé d’accélérer le jeu de la Roja malgré le peu d’espaces proposés par les Tchèques. Ses passes laser auraient mérité meilleur sort, mais il a été récompensé de ses efforts par une magnifique passe décisive. Si Iniesta a brillé, FABREGAS est sur la lancée de sa saison avec Chelsea : médiocre. Trop effacé, il n’a jamais fait la différence. BUSQUETS a rendu une copie correcte en sentinelle, mais pas impressionnante. Devant, NOLITO a perdu beaucoup de points dans l’optique des prochains matchs. Trop souvent signalé hors-jeu, l’ailier du Celta Vigo a été bien discret. D.SILVA s’est lui plus montré, même si c’était par intermittence. Souvent pris par la défense centrale adverse, MORATA s’est pourtant procuré la plus grosse occasion de la première période. Il a manqué de promptitude sur certaines situations après la pause. Pas forcément très rassurant. Remplacé par ADURIZ (62eme) qui a apporté sa présence physique dans les six mètres mais n’a pas trouvé l’ouverture. Malgré la polémique qu’il subit depuis quelques jours, DE GEA s’est montré sûr sur ses trois arrêts de la partie. Peu menacés, PIQUE et S.RAMOS ont surtout été présents dans la surface adverse pour leur jeu de tête. En fin de match, ils jouaient presque dans les trente mètres adverses… Et cela s’est avéré payant puisque le premier a délivré l’Espagne sur son coup de tête. Sur les côtés, JUANFRAN a été plus en vue qu’ALBA qui est moins monté qu’à l’accoutumée, la faute notamment au double rideau mis en place par les Tchèques. République tchèque Sans surprise, le point fort de cette équipe tchèque est son gardien. Auteur d’une très belle saison avec Arsenal, CECH a poursuivi sur sa lancée. Sur sa ligne, l’ancien Rennais est toujours aussi propre et n’a craqué qu’à la 87eme minute de jeu, sans qu'il n'y puisse grand-chose. Sa défense centrale, composée par le duo SIVOK - HUBNIK, a beaucoup été sollicitée mais a fait très bonne figure devant Morata notamment. Les deux latéraux KADERABEK et LIMBERSKY ont passé une longue après-midi, le second cité ayant manqué quasiment toutes ses relances. Ailiers sur la feuille de match, GEBRE SELASSIE et KREJCI étaient avant tout des seconds latéraux afin de bloquer le plus possible Alba et Juanfran. Ce qu’ils ont bien fait. Dur dans ce cas de les voir offensivement, même si Gebre Selassie est parvenu à quelques reprises à soulager quelques secondes sa défense. Krejci a très bien frappé les coups de pied arrêtés. Auteur d’une saison marquée une nouvelle fois par les blessures, ROSICKY a surtout couru derrière le ballon. Placé en milieu défensif par la force des choses, il manque un peu son dégagement avant le but espagnol. Match plutôt intéressant devant la défense de PLASIL et de DARIDA, même si on attendra forcément plus d’eux face à un adversaire qui possède un milieu moins fort. Devant, NECID a sans surprise passé un match très difficile. Il s’est fait plaisir à une reprise, sur une frappe lointaine avant la pause.

Monsieur l’arbitre au rapport

M.Marciniak n'a connu aucun souci pour arbitrer cette rencontre plutôt fair-play.

Ça s’est passé en coulisses…

- Malgré une polémique sur une possible implication de De Gea dans une grave affaire de mœurs, Vicente Del Bosque a décidé de titulariser le gardien de Manchester United aux dépens de Casillas. - Du côté tchèque, à noter la titularisation en tant que meneur de jeu de Rosicky, malgré ses 19 minutes de jeu cette saison avec Arsenal. - Le Roi d’Espagne était présent dans les travées du Stadium pour l’entrée en lice de la Roja. - Cinq joueurs espagnols ont remporté l'Euro 2008 et 2012 : S.Ramos, Casillas, Iniesta, D.Silva et Fabregas.

La feuille de match

Euro 2016 (Gpe D) / ESPAGNE – REPUBLIQUE TCHEQUE : 1-0

Stadium (29 400 spectateurs) Temps doux - Pelouse en très bon état Arbitre : M.Marciniak (POL) (6) But : Piqué (87eme) pour l’Espagne Avertissement : Limbersky (61eme) pour la République tchèque Expulsion : Aucune Espagne De Gea (6) - Juanfran (6), Piqué (7), S.Ramos (cap) (6), Alba (5) - Fabregas (4) puis Thiago Alcantara (70eme), Busquets (5), Iniesta (8) - D.Silva (5), Nolito (3) puis Pedro (82eme), Morata (4) puis Aduriz (62eme) N'ont pas participé : Casillas (g), Rico (g), Azpilicueta, Bartra, Bellerin, San José, Koke, Bruno Soriano, L.Vazquez Sélectionneur : V.Del Bosque République tchèque Cech (7) - Kaderabek (4), Sivok (6), Hubnik (5), Limbersky (3) - Plasil (5), Darida (5) - Gebre Selassie (7) puis Sural (86eme), Rosicky (cap) (3) puis Pavelka (88eme), Krejci (6) - Necid (4) puis Lafata (75eme) N'ont pas participé : Vaclik (g), Koubek (g), Kadlec, Dockal, Pudil, Kolar, Skalak, Skoda, Sélectionneur : P.Vrba
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant