L'Espagne n'aura pas besoin d'un renflouement, juge Schäuble

le
4
WOLFGANG SCHÄUBLE ESTIME QUE L'ESPAGNE N'AURA PAS BESOIN D'UN RENFLOUEMENT
WOLFGANG SCHÄUBLE ESTIME QUE L'ESPAGNE N'AURA PAS BESOIN D'UN RENFLOUEMENT

BERLIN (Reuters) - L'Espagne tient ses engagements en matière de réformes et n'aura pas besoin d'un plan de renflouement à la grecque, mais elle ne regagnera pas immédiatement la confiance des marchés, estime le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble.

Les doutes sur la viabilité de la dette de l'Espagne, quatrième économie de la zone euro, ainsi que sur la capacité de ses banques à se refinancer ont fait grimper mardi à plus de 6% les taux d'intérêt sur ses obligations à 10 ans, important seuil psychologique.

"Non, les fondamentaux espagnols ne sont pas comparables à ceux d'autres pays qui bénéficient de programmes d'aide", a déclaré Wolfgang Schäuble dans une interview accordée à Reuters. "L'Espagne a besoin de travailler pour regagner la confiance des marchés, même si l'évolution positive se poursuit".

Il a ajouté espérer que les pays du G20 parviendraient à se mettre d'accord cette semaine à Washington lors des réunions du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale et des ministres des Finances du G20 pour renforcer le fonds anti-crise du FMI d'un montant de 400 milliards de dollars.

Le 2 mars, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, avait déclaré que le budget 2012 serait bâti avec un objectif de déficit de 5,8% du produit intérieur brut.

Celui convenu avec l'Union européenne étant de 4,4%, cela avait soulevé des inquiétudes de la part de ses partenaires européens. Un nouvel accord a été trouvé le 12 mars avec les partenaires de l'Eurogroupe sur un objectif de 5,3%.

"Les décisions prises par le gouvernement espagnol, comme la réduction du déficit budgétaire en 2012, méritent vraiment le respect et le soutien. L'Espagne tient ses engagements. L'Italie a tenu ses engagements. D'autres pays ont tenu leurs engagements, l'Europe a aussi tenu les siens et à présent cela prendra du temps", a-t-il déclaré.

"Bien sûr, ces décisions déclencheront parfois des réactions de nervosité de la part des marchés. L'agitation continuera encore un moment. On ne regagne pas la confiance des marchés en une nuit."

Gernot Heller et Annika Breidthardt; Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • papymujo le mardi 17 avr 2012 à 17:56

    Herr Schaüble hat gesagt, ist gut!

  • 466patri le mardi 17 avr 2012 à 17:45

    Comment voulez vous que Monsieur Mémélanchichonpoulos y comprenne quel que chose à tout ca...

  • yakhafr le mardi 17 avr 2012 à 17:35

    C'est mieux de dire la vérité : Pour que les PP vendent et entrent chez eux. Il y a un mois : pas de pb. Il y a deux semaines : un gros gros pb. Today : Pas de pb. Spéculation et spéculation et spéculation.

  • xaavidf le mardi 17 avr 2012 à 17:19

    elle a juste besoin d'annuler une partie de sa dette.