L'Espagne gèle le processus de privatisation de ses aéroports

le
0
L'ESPAGNE GÈLE LE PROCESSUS DE PRIVATISATION DE SES AÉROPORTS
L'ESPAGNE GÈLE LE PROCESSUS DE PRIVATISATION DE SES AÉROPORTS

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol a formellement mis un coup d'arrêt lundi au processus de privatisation des deux principaux aéroports du pays, dont le cabinet précédent avait un temps espéré retirer au moins 5,3 milliards d'euros pour réduire la dette publique.

La ministre des Travaux publics, Ana Pastor, qui avait auparavant jugé le climat économique peu propice à une vente de l'exploitant aéroportuaire public AENA, a déclaré que le projet serait gelé.

Le gouvernement socialiste au pouvoir jusqu'en novembre avant lancé l'an dernier un processus d'appel d'offres pour 90% d'une concession de vingt ans portant sur les principaux actifs d'AENA, l'aéroport de Barajas à Madrid et celui d'El Prat à Barcelone.

Il avait fixé un prix plancher de 3,7 milliards d'euros pour Barajas et 1,6 milliard pour El Prat.

Six consortiums avaient manifesté leur intérêt pour Barajas et six autres pour El Prat. Parmi les investisseurs impliqués initialement dans ces offres figuraient le groupe allemand Fraport, l'espagnol Ferrovial et le français Aéroports de Paris.

Le gouvernement Zapatero avait toutefois annoncé en octobre le report de la privatisation, les candidats au rachat se heurtant à des difficultés de financement.

Robert Hetz, Marc Angrand pour le service français, édité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant