L'Espagne favorite malgré tout, la France en embuscade

le
0
L'Espagne favorite malgré tout, la France en embuscade
L'Espagne favorite malgré tout, la France en embuscade
L'Espagne, favorite sans ses stars

Son palmarès est tout aussi impressionnant que la liste de ses absents. Avec ses deux titres de championne d'Europe, l'Espagne est la favorite désignée de l'Euro qui s'ouvre ce mercredi en Slovénie. Pourtant, la Roja, championne du monde 2006, double championne d'Europe en titre (2009, 2011) et double médaillée d'argent aux JO de 2008 et 2012, semble davantage friable en l'absence de ses cadres Pau Gasol, Juan Carlos Navarro et Serge Ibaka. Les trois joueurs ont en effet décidé de profiter de l'été pour se soigner et se reposer un an avant la Coupe du monde qui aura lieu? en Espagne. Pourtant, les Espagnols n'ont rien laissé transparaitre en préparation où ils ont remporté tous leurs matchs, dont deux contre la France.

Les Bleus en embuscade

Souvent placée, jamais gagnante. A l'instar de l'Espagne, la France présente l'une de ses meilleurs générations. Seul problème, les Bleus n'ont jamais réussi à disputer une compétition avec toutes leurs stars de NBA. Et quand elle se rapproche du graal, l'équipe de Vincent Collet échoue face à l'ogre espagnol comme en finale de l'Euro il y a deux ans et en quarts de finale des derniers Jeux Olympiques. Cette année encore, la bande de Tony Parker et de Nicolas Batum devra se passer de plusieurs forces vives, dont Joakim Noah, de nouveau forfait comme aux JO. Son absence rend vulnérable un secteur intérieur fragilisé. Si les Bleus veulent retourner en finale, le premier objectif sera avant tout d'arriver au moins jusqu'aux quarts de finale et de terminer dans les six premiers pour se qualifier au Mondial de l'année prochaine.

La Grèce, la Turquie et la Lituanie en outsiders

Sur la lancée des trois titres consécutifs décrochés par le Panathinaikos (2011) et l'Olympiacos (2012, 2013) en Euroligue, le Grèce se présente comme un prétendant crédible au podium, voire mieux. Même si son effectif ne contient aucun joueur de NBA, la sélection grecque affiche un bloc très compact emmené par des joueurs de très gros talent comme Vassilis Spanoulis, meilleur joueur de l'Euroligue et du Final Four. De quoi croire aux chances de retrouver un podium international après le titre européen en 2005, l'argent au Mondial 2006 et le bronze à l'Euro 2009. Vice-championne du monde en 2010, la Turquie, emmenée par Hedo Turkoglu, arrive avec une volonté de rachat après son élimination dès la deuxième phase de poules il y a deux ans en Lituanie. Battus en quarts de finale de leur Euro, les Lituaniens seront également revanchards. Mais aussi ambitieux puisque l'équipe balte pourra compter sur toutes ses forces en présence, avec notamment ses deux jeunes joueurs NBA, Jonas Valanciunas et Donatas Motiejunas.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant