L'Espagne exclut d'aider Sacyr pour le canal de Panama

le
0
LE GROUPE SACYR SEUL FACE AU CONTENTIEUX SUR LE CANAL DE PANAMA
LE GROUPE SACYR SEUL FACE AU CONTENTIEUX SUR LE CANAL DE PANAMA

PANAMA (Reuters) - L'Espagne n'apportera pas d'aide financière au groupe Sacyr, empêtré dans un contentieux sur des dépassements de coûts dans le chantier de l'agrandissement du canal de Panama, a déclaré lundi son ambassadeur dans le pays.

"Le gouvernement espagnol n'est pas partie prenante ; c'est un problème entre les entreprises et leur client", a dit Jesus Silva, qui accompagnait la ministre espagnole des Travaux publics, Ana Pastor, à des réunions avec les responsables du consortium emmené par Sacyr.

La ministre devait ensuite être reçue par le président panaméen Ricardo Martinelli, qui a la semaine dernière fustigé la "grande irresponsabilité" du consortium - le Grupo Unidos por el Canal (GUPC) - quand celui-ci a menacé de suspendre les travaux le 20 janvier si l'opérateur du canal, l'Autorité du Canal de Panama (APC), n'assumait pas les surcoûts.

Outre Sacyr, le GUPC regroupe l'italien Salini Impregilo, le belge Jan De Nul et le panaméen Constructora Urbana. Il a chiffré la semaine dernière les dépassements de coûts à 1,6 milliard de dollars (1,17 milliard d'euros) et mis en cause des études géologiques préalables de l'APC.

Le président panaméen a riposté en affirmant avoir eu des assurances de l'Espagne et de l'Italie sur l'achèvement du chantier, un contrat de 3,2 milliards de dollars attribué en 2009.

De son côté, le président de l'Autorité du Canal de Panama, Jorge Quirano, a fait savoir que le Panama était disposé à discuter des dépassements de coûts s'ils se révèlent justifiés.

Dimanche, il a cependant estimé que la lettre de deux pages que le GUPC lui a adressée la semaine dernière ne justifiait pas les surcoûts et il a demandé un complément d'informations.

Si le chantier venait à être interrompu, l'ACP ferait le nécessaire pour assurer son achèvement "par une tierce partie ou par l'ACP", a-t-il dit au journal espagnol El Pais.

Le consortium avait remporté le contrat en 2009 avec une offre à 3,12 milliards de dollars, bien inférieure à celles de ses concurrents et même au budget de référence - 3,84 milliards - retenu par l'ACP.

Moins de six mois plus tard, le président Martinelli, son vice-président Juan Carlos Varela et d'autres hauts responsables exprimaient déjà des doutes sur l'achèvement du projet, selon des documents diplomatiques américains publiés par Wikileaks.

L'agrandissement du canal, pour un coût total d'environ 5,3 milliards de dollars, est l'une des priorités de Ricardo Martinelli dont le mandat prend fin en milieu d'année.

L'enjeu est également important pour Sacyr, qui avait à fin septembre un endettement trois fois supérieur à sa capitalisation boursière. Le groupe de construction a réalisé 55% de son chiffre d'affaires hors d'Espagne sur les neuf premiers mois de 2013 et Panama a contribué pour 25% à ces 1,3 milliard d'euros réalisés à l'international.

Lomi Kriel et Elida Moreno, Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant