L'Espagne et l'Italie de nouveau attaquées

le
0
Les taux à dix ans dépassent 6% pour les deux grandes économies du Sud, un record historique depuis la création de la zone euro. Bruxelles a été obligé de démentir l'existence d'un plan d'aide en leur faveur.

Si les Européens avaient espéré que le psychodrame américain sur le plafond de la dette allait détourner l'attention des marchés sur leurs problèmes, c'est raté. L'Espagne et l'Italie sont de nouveau sous les projecteurs. Les taux des obligations espagnoles et italiennes à dix ans ont atteint mardi des niveaux records depuis la création de l'euro au 1er janvier 1999, soit respectivement 6,273% et 6,101%.

À Madrid, la situation a été jugée suffisamment grave pour que José Luis Rodriguez Zapatero, le premier ministre, décide de retarder ses vacances, comme l'a annoncé son porte-parole. De son côté, Silvio Berlusconi, son homologue italien, devrait s'exprimer mercredi devant le Parlement, alors que son ministre des Finances, Giulio Tremonti, a réuni mardi le «comité pour la sauvegarde de la stabilité financière», dont fait partie notamment Mario Draghi, le gouverneur de la Banque d'Italie.

Le regain de tension sur les taux italiens et espagnols est d'autant plus

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant