L'Espagne envoie l'Ukraine en barrages

le
0
L'Espagne envoie l'Ukraine en barrages
L'Espagne envoie l'Ukraine en barrages

Rapidement aux manettes, une Roja rajeunie a d'abord malmené l'Ukraine avant de lui résister. Une huitième victoire consécutive (0-1) qui rassure à quelques mois d'un Euro que ne verra l'Ukraine qu'en cas de victoire lors de son barrage.

Ukraine - Espagne : 0-1

But : Mario (22') pour la Roja.

Stepanenko règle la mire, arme sa volée et dégaine. Un iota trop haut, De Gea se contente d'accompagner du regard avant de, quelques minutes plus tard, se détendre de tout son long pour capter une frappe de Rybalka. Ces dernières tentatives avortées des hommes de Fomenko illustrent à la perfection la soirée ukrainienne en son stade olympique de Kiev. Contraints à l'exploit et handicapés par une ouverture du score précoce de Mario, les Jovto-Blakytni voient la qualification directe pour l'Euro s'éloigner. Comme pour le Mondial 2012, la case des barrages jugera de leur avenir européen, ou pas. L'Espagne, elle, fête son 14 juillet national sans aucun joueur du FC Barcelone dans son onze. Un détail rare qui, à défaut de confirmer une sortie catalane de l'Espagne, rassure sur la vitalité du football outre-Pyrénées. Car, déjà qualifiée, la Seleccion affiche une équipe mixte, composée de petits nouveaux - Mario, Etxeita -, de jeunes ambitieux - De Gea, Isco, Thiago, Alcacer, Nacho - et de valeurs sûres de Liga - San José, Nolito. Un savant mélange de profils et de générations qui tord l'Ukraine et inquiète ses prochains adversaires de juin prochain.

Avec Thiago, tout est plus beau


Cesc Fabregas, brassard au biceps pour son entrée dans le cercle des centenaires, se veut en seul survivant de la finale de l'Euro 2012, remportée sur cette même pelouse du stade olympique de Kiev. Une certaine idée de la solitude qui ne change en rien le plan de bataille de la Roja. Dominatrice du cuir et du rythme, elle rassure sur son identité mais inquiète par sa naïveté. En face, l'Ukraine, avec son bloc regroupé et son impératif des trois points, ne prend que peu de risques. Une attitude qui, grâce à ses flèches Yarmolenko et Konoplyanka, lui permet de partir en contre sitôt la récupération effective. De par ses deux parades animales devant Kravets et Rotan (15'), De Gea laisse les opportunités ukrainiennes à l'état de tentatives. Un avertissement qui reçoit illico une réponse espagnole. Estampillé tiki-taka, l'exquis échange entre Thiago Alcantara et Nolito rebondit sur la tête du néophyte Mario, seul au second poteau, et défriche le tableau d'affichage. Le joueur du…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant