L'Espagne aborde une journée agitée pour ses banques

le
0
L'Espagne aborde une journée agitée pour ses banques
L'Espagne aborde une journée agitée pour ses banques

par Nigel Davies et Robin Emmott

MADRID/BRUXELLES (Reuters) - L'Espagne s'apprête à vivre ce jeudi une journée mouvementée qui pourrait la contraindre à emprunter à des niveaux records avant de dévoiler l'état de délabrement de ses banques les plus fragiles puis éventuellement de solliciter officiellement une aide financière de l'Union européenne pour les renflouer.

Après la Grèce, l'Irlande et le Portugal, qui ont tous dû se résoudre à réclamer une aide internationale pour éviter la faillite, l'Espagne est désormais le pays de la zone euro dont se méfient les investisseurs.

Dans la matinée, le Trésor espagnol va tenter d'emprunter jusqu'à deux milliards d'euros. L'après-midi, le gouvernement va rendre public un audit indépendant sur l'état de ses banques, fragilisées par l'éclatement de la bulle immobilière puis par la récession.

Cet audit devrait permettre de connaître précisément les besoins de recapitalisation des banques. Dans la foulée, l'Espagne pourrait officiellement demander une aide aux 17 ministres des Finances de la zone euro réunis au Luxembourg. L'Eurogroupe a déjà accepté début juin le principe d'une aide pouvant aller jusqu'à 100 milliards d'euros.

Le manque d'informations précises sur les besoins exacts des banques a contribué ces dernières semaines à faire grimper les taux d'emprunt espagnols à des niveaux auxquels d'autres pays ont dû réclamer une aide extérieure pour éviter la faillite de l'Etat, et pas seulement pour recapitaliser les banques.

PRESSION SUR LES TAUX

"L'absence de détails à l'heure actuelle ne fait qu'aggraver la situation. A mon avis, dès lors que nous avons connaissance des détails de l'audit, nous devrions demander la mise en oeuvre du plan d'aide", a dit un haut diplomate européen.

Le Trésor espagnol va notamment tenter jeudi de placer des bons à cinq ans. Les taux sur le marché secondaire donnent à penser que le coût de cet emprunt pourrait être le plus élevé depuis 1996, trois ans avant l'adoption de l'euro par l'Espagne.

L'audit effectué par les cabinets Oliver Wyman et Roland Berger devrait répartir les banques espagnoles en trois catégories: les banques régionales de dépôt fortement fragilisées par leur grande exposition aux actifs immobiliers surévalués; un groupe de banques de taille moyenne susceptibles d'être confrontées à des problèmes provisoires de liquidités; et deux banques "saines", BBVA et Santander, qui n'auront besoin d'aucune aide.

Selon des sources bancaires, le redressement du secteur espagnol pourrait nécessiter 60 à 70 milliards d'euros.

Le gouvernement pourrait ensuite s'appuyer sur cet audit pour solliciter rapidement une aide européenne, dit-on de plusieurs sources, selon lesquelles les détails de l'opération seraient mis au point par la suite.

Deux responsables européens ont dit s'attendre à une demande de l'Espagne jeudi ou vendredi. De source gouvernementale espagnole, on dit qu'une annonce pourrait être effectuée au Luxembourg.

avec Julien Toyer, Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant