"L'espace, ici Rueil-Malmaison": des écoliers en contact avec l'ISS

le
0
"L'espace, ici Rueil-Malmaison": des écoliers en contact avec l'ISS
"L'espace, ici Rueil-Malmaison": des écoliers en contact avec l'ISS

"F6KFA pour RS0ISS, à vous..." Les élèves de CM1 et de CM2 de l'école de La Malmaison à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) retiennent leur souffle jeudi, alors qu'un des membres du radio-club de la ville tente d'établir le contact avec la station spatiale internationale.Une minute plus tard, à 9h16, une voix couverte par un léger larsen se fait entendre. C'est Samantha Cristoforetti, astronaute italienne embarquée à bord de l'ISS, à 400 kilomètres au-dessus de leurs têtes. Elle va répondre aux questions des élèves de Rueil et de collégiens de Saint-Junien (Haute-Vienne)."Avez-vous emmené un objet personnel dans l'espace ?", "Que ressentez-vous quand vous-êtes en apesanteur ?", "Est-ce qu'il est possible d'aller dans l'ISS quand on a un handicap physique ?"... Sans jamais oublier le "over" qui marque la fin d'une intervention.L'astronaute vante "la sensation de liberté et de légèreté" qu'elle ressent. Dans son temps libre, elle aime "regarder la Terre, profiter de la beauté de la vue". Elle rassure aussi son auditoire, pour manger à bord "il y a de tout, même des fruits et légumes".Il se produit en moyenne deux échanges comme celui-ci chaque semaine dans les pays impliqués dans ce programme spatial (Etats-Unis, Russie, Canada, Japon et Etats membres de l'Agence spatiale européenne).Le groupe de travail international Ariss (Amateur radio on the international space station) recense les demandes et programme les contacts. Aux radio-clubs locaux de fournir l'indispensable antenne et des émetteurs-récepteurs, micros et batteries (toujours en double, en cas de panne).Une poignée de liaisons seulement ont lieu en France chaque année, d'où une longue liste d'attente: l'école de La Malmaison a candidaté en février 2012 et a dû accepter de partager son créneau avec un autre établissement scolaire. - 'Un moment unique' - Les élèves ont bien conscience du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant