L'ESG s'invite peu à peu dans les AG

le
0
(NEWSManagers.com) - " Trois grands sujets intéressent les investisseurs cette année alors que s' ouvre la saison 2011 des assemblées générales : la capacité des entreprises à anticiper, prévenir et gérer leurs risques, la sélection des administrateurs et la rémunération des dirigeants" , a déclaré Daniel Lebègue, président de l' Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (ORSE), en introduction d' une conférence organisée à l' occasion de la sortie d' un rapport sur l' engagement en France et à l' étranger. Pour lui, cela illustre bien la montée en puissance des sujets extra-financiers dans les assemblées générales, mais également en dehors, puisque " le rendez-vous annuel de l' AG n' est plus suffisant " .
Le choix de ces sujets montre aussi que si le thème de la gouvernance est bien pris en compte, ce n' est pas forcément encore le cas des critères environnementaux et de la dimension sociale, surtout en Europe et en France.
Cela est confirmé par Cédric Laverie, analyste corporate governance d' Amundi Asset Management, qui indique qu' en 2010, sur 26.000 résolutions sur lesquelles il devait se prononcer, 577 provenaient d' actionnaires. 80 % d' entre elles concernaient la gouvernance, et donc seulement 10 % l' environnement et 10 % le social. Par ailleurs, sur 133 lettres envoyées à des entreprises pour les prévenir qu' Amundi AM allait voter contre une résolution, 131 portaient sur la gouvernance et seulement deux sur des enjeux environnementaux.
Pascale Sagnier, responsable de la recherche investissement responsable d' Axa IM, estime que l' intérêt pour l' environnement et le social va venir. " Il faut démontrer aux gérants que ces enjeux présentent des risques" , indique-t-elle, soulignant que les pratiques d' engagement doivent se faire en concertation avec les gérants, pour lesquels les fonds sont " leurs bébés" et qui ont le sentiment que les entreprises dans lesquelles ils investissent " leur appartiennent" . A cet égard, elle note que les gérants crédit sont plus ouverts et demandeurs d' informations extra-financières que les gérants actions car ils sont plus tournés sur le risque, " alors que les gérants actions cherchent avant tout des opportunités" .
En attendant, ce qui devait être la première résolution environnementale française, chez Total, n' a pu être déposée, témoignant à la fois des obstacles réglementaires qui existent mais aussi de la sensibilité du sujet. Phitrust voulait inscrire un projet de résolution demandant à l' entreprise de publier davantage d' informations sur les risques environnementaux et sociaux relatifs à ses projets d' exploitation des sables bitumineux au Canada et leur impact financier à long terme. Mais des investisseurs ont renoncé au dernier moment à s' associer à la société de gestion, faisant ainsi capoter l'initiative.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant