L'escale symbolique du président Morsi en Iran

le
0
Mohammed Morsi rompt ainsi la suspension des relations entre Téhéran et Le Caire qui remonte à plus de trente ans.

Correspondante au Caire

C'est une première depuis la révolution iranienne de 1979. En se rendant jeudi à Téhéran, dans le cadre du sommet des non-alignés, le président égyptien Mohammed Morsi ouvre une discrète brèche dans le mur de glace qui séparait son pays de l'Iran depuis la prise du pouvoir par les ayatollahs.

«C'est une escale de quelques heures», tente de minimiser son porte-parole Yasser Ali, en arguant que cette visite est uniquement consacrée à passer à l'Iran le relais de la présidence de l'organisation internationale. «Aucun autre sujet n'est prévu», a-t-il précisé, balayant de la main l'espoir, formulé par le chef de la diplomatie iranienne, d'un «rétablissement» des relations entre Le Caire et Téhéran.

«Quoi qu'on en dise, on ne peut ignorer la dimension symbolique de cette visite», observe Mustafa el-Labbad, directeur du centre al-Shargh d'études régionales et stratégiques. D'après ce chercheur égyptien, fin connaisseur de l'Iran, «le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant