L'escalade entre l'Arabie saoudite et l'Iran en 5 questions

le , mis à jour à 23:48
0
L'escalade entre l'Arabie saoudite et l'Iran en 5 questions
L'escalade entre l'Arabie saoudite et l'Iran en 5 questions

L'Arabie saoudite a annoncé ce dimanche la rupture de ses relations diplomatiques avec l'Iran. Une nouvelle étape de l'escalade entre Riyad et Téhéran après l'exécution d'un dignitaire chiite dans le royaume saoudien. Cette coupure n'est pas une première, les deux pays avaient rompu leurs relations diplomatiques de 1987 à 1991, en raison de sanglants affrontements entre pèlerins iraniens et forces saoudiennes lors du pèlerinage à La Mecque en 1987.

Quelles sont les relations entre les deux pays ? 

L'Iran est le rival régional de l'Arabie saoudite. Les deux pays se revendiquent d'un courant différent de l'islam, le premier étant majoritairement chiite quand le second se définie comme le gardien de la conformité sunnite, régi par le wahhabisme (une branche de l'islam considérée comme inflexible, intolérante et immuable). Les chiites représentent 1 à 15% de la population dans le Royaume saoudien où ils se plaignent d'être considérés comme des citoyens de seconde zone, explique L'Express.

Les relations entre Riyad et Téhéran évoluent en dents de scie depuis la révolution islamique iranienne en 1979. Les deux puissances sont souvent en désaccord sur les moyens de régler les crises dans la région et s'accusent mutuellement de chercher à y élargir leur influence. Elles se combattent déjà, via des alliés interposés en Syrie et au Yémen.

Les tensions ont redoublé ces derniers mois après l'accord entre les Etats-Unis et l'Iran sur le nucléaire iranien, l'Arabie saoudite s'inquiétant de la montée en puissance de ce pays rival et y voyant une trahison de son allié américain.

Qu'est-ce qui a déclenché cette escalade? 

Le regain de tensions est né de l'exécution samedi du cheikh saoudien Nimr Baqer al-Nimr, un dignitaire chiite considéré comme le porte-voix de la minorité chiite au Royaume saoudien (sunnite on le rappelle). Cette mise à mort a suscité de violentes critiques de l'Iran et des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant