L'escalade avec l'Ukraine fait chuter les marchés russes

le
17
CHUTE DU ROUBLE ET DES MARCHÉS D'ACTIONS RUSSES EN RAISON DE LA CRISE EN UKRAINE
CHUTE DU ROUBLE ET DES MARCHÉS D'ACTIONS RUSSES EN RAISON DE LA CRISE EN UKRAINE

par Lidia Kelly et Zlata Garasyuta

MOSCOU (Reuters) - Le rouble est tombé lundi à des plus bas historiques et la Bourse de Moscou perd autour de 10% après le vote du parlement russe donnant au président Vladimir Poutine le feu vert pour une intervention armée en Ukraine.

La banque centrale russe a relevé son principal taux directeur de 1,5 point en début de journée, à 7,0%, pour défendre le rouble. Son communiqué ne mentionne pas la situation en Ukraine mais explique que la décision vise à prévenir "les risques pour l'inflation et la stabilité financière liés à la récente recrudescence de volatilité sur les marchés financiers."

Le vote samedi du parlement russe a amené l'Ukraine à mobiliser ses réservistes et à dénoncer une "déclaration de guerre" tandis que Washington a menacé d'isoler économiquement la Russie.

Dans la matinée le rouble cédait 2,1% face au dollar, à 36,41, et 1,2% contre l'euro, à 50,10, dans les deux cas un plus bas record.

L'indice Micex de la Bourse russe libellé en roubles chutait de son côté de 9,1% à 1.313,8 points et son équivalent en dollar lâchait 10,3% à 1.166,1 points.

Les poids lourds de la cote - à l'image de Gazprom - et des banques nationales comme Sberbank et VTB accusent des baisses de plus de 10%.

"Il y a un mouvement général de vente, les brokers veulent clore leurs positions à tout prix", rapporte Artem Argetkine, trader chez BCS à Moscou.

"Il y a d'abord le sentiment qui est mauvais, puis la crainte de sanctions", renchérit Constantin Gouliaev, analyste à la société de gestion Capital à Moscou.

UNE "VAGUE D'HYSTÉRIE"

Le vice-ministre de l'Economie, Andrei Kiepatch, a dit s'attendre à ce que "l'hystérie" sur les marchés finisse par se calmer.

"Cette vague d'hystérie va passer, mais il est difficile de dire quand", a-t-il déclaré à Reuters. "En tous les cas, ce qui nous attend est une période de confrontation et de difficultés accrues. Pour nous, cela signifiera des relations plus compliquées avec l'Union européenne, les Etats-Unis, avec toutes les conséquences que cela suppose."

Alexis Rodzianko, président de la Chambre américaine de commerce en Russie, juge de son côté qu'il sera difficile d'isoler le pays.

"La Russie sera-t-elle coupée du monde ? C'est très improbable compte tenu de ce qu'elle apporte, qu'il s'agisse de pétrole, de gaz ou de matières premières. Des sanctions sont peu probables car elles nuiraient aux deux parties au bout du compte."

Les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et la Russie sont limités mais certains groupes américains sont très présents dans le pays comme ExxonMobil ou Boeing.

Les intervenants restent sceptiques sur l'impact de la hausse de taux. Selon eux, la banque centrale est intervenue régulièrement la semaine dernière, offrant un milliard de dollars sur le marché dès que le rouble perdait 2-3 kopecks, sans que cela n'empêche la monnaie de dévisser de près de 8% avant même les déclarations belliqueuses de Vladimir Poutine.

Sur la seule matinée de lundi, certains intervenants estiment que la banque centrale a vendu jusqu'à 10 milliards de dollars pour défendre le rouble, soit 2% environ de ses réserves en or et en devises qui se montaient à 493,4 milliards de dollars selon le dernier chiffre connu.

La banque centrale, qui communique sur ses interventions avec un délai de deux semaines, n'a fait aucun commentaire spécifique lundi.

Pendant le week-end, le rouble s'était rapidement déprécié dans les bureaux de change privés. "On a été pris de court", affirmait dimanche le responsable d'une officine ouverte 24 heures sur 24 et qui avait vu partir ses derniers dollars le matin même.

La hryvnia, la monnaie ukrainienne, a elle aussi touché lundi un plus bas record contre le dollar, à 11,6510 sur les écrans Reuters contre 10,8510 à la clôture de vendredi.

(Avec la contribution de Daria Korsounskaïa; Ian Bateson, Zlata Garassiputa, Polina Devitt et Jason Bush; Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rbeling le lundi 3 mar 2014 à 14:50

    Le prix de l'immobilier s'effondre à Megève.

  • PP4512 le lundi 3 mar 2014 à 14:19

    gel des avoirs russes à l'etranger ,arrêt des livraisons de gaz et de petrole (il y a des substituts possibles tant au niveau fournisseurs qu' a celui des sources d'énergies -ex :nucleaire - )le comportement de la russie qui nie toute régle du droit des pays ne peut être accepté sans prendre le risque majeur d'ouvrir la porte toute grande à la megalomanie mortifaire de son president !Si on a le courage qu'il faut et si l'allemagne choisit son camps ,ça peut se regler très vite...

  • khmane08 le lundi 3 mar 2014 à 14:13

    ou faire comme eux occuper l'Algérie :)

  • khmane08 le lundi 3 mar 2014 à 14:12

    Si le prix du gaz s'envole une mesure pour calmer ces excités = blocage des avoirs bancaires et investissements russes à l'étranger. Les étrangers ont certainement moins de placement en Russie que les Russes à l'étranger. ça calmera de suite.

  • mipolod le lundi 3 mar 2014 à 13:55

    Là, Flamb.y ne se déclarera pas volontaire pour envoyer notre armée là-bas, le Mali et le Centre-Afrique, c'est bien plus facile !

  • M3435004 le lundi 3 mar 2014 à 13:34

    La solution ? Le gaz de schiste, bien sûr !

  • MI2010SP le lundi 3 mar 2014 à 13:33

    comme disait un certain "grand homme politique" : la politique de la Russie ne se fait pas à la corbeille ...!

  • MI2010SP le lundi 3 mar 2014 à 13:31

    chute du marché russe....et des marchés occidentaux...quels sont réellement les perdants ..?

  • M9095115 le lundi 3 mar 2014 à 13:17

    Les Russes n'ont plus tellement confiance car leur bourse perd 14% ce matin et le rouble 10%

  • M9095115 le lundi 3 mar 2014 à 13:16

    L'Europe doit stopper ses achats de gaz pour un moment et acheter ailleurs si possible.Achetons déja un peu plus en Algérie