L'erreur de navigation de deux soldats israéliens cause des heurts sanglants

le
0
L'erreur de navigation de deux soldats israéliens cause des heurts sanglants
L'erreur de navigation de deux soldats israéliens cause des heurts sanglants

Deux soldats israéliens se servant d'une application routière pour circuler en Cisjordanie occupée se sont retrouvés par erreur dans un camp de réfugiés palestiniens, déclenchant de violents heurts qui ont fait un mort palestinien et une quinzaine de blessés mardi avant l'aube.Les deux soldats sont entrés en jeep lundi peu avant minuit dans le guêpier du camp de Qalandya, ont indiqué l'armée et la police israéliennes.Cette incursion a aussitôt provoqué des violences, qui se sont poursuivies plusieurs heures dans la nuit quand les forces israéliennes ont lancé une vaste opération pour extraire les deux militaires et empêcher un éventuel lynchage.Les deux soldats ont fini par être récupérés sains et saufs. Mais un Palestinien a été tué et dix autres blessés, ont indiqué les autorités palestiniennes. Côté israélien, cinq garde-frontières ont été blessés dont un sérieusement, a dit la police.Ces évènements ont immédiatement soulevé une multitude de questions sur le rôle qu'aurait joué l'application à succès Waze et sur les rapports entre les soldats d'une armée réputée la plus avancée technologiquement dans la région et les nouveaux outils de circulation et de communication.Les soldats fourvoyés "ont apparemment utilisé Waze, qui leur a donné un raccourci de Jérusalem à Ramallah", a dit le ministre de la Défense Moshé Yaalon, cité par son bureau. Une enquête devra dire comment les soldats se sont retrouvés dans cette nasse, a dit l'armée.- Un certain degré de prudence -Waze, rachetée en 2013 par le géant Google, a décliné toute responsabilité. Les deux soldats ont délibérément désactivé un paramètre qui les aurait tenu à l'écart du danger, mais ont en plus ignoré le trajet suggéré par Waze et les panneaux interdisant aux Israéliens d'entrer dans cette zone sous contrôle palestinien, a dit un porte-parole à l'AFP."Au bout du compte, c'est au conducteur de faire preuve d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant