L'érosion lente mais inexorable du latin à l'école 

le
0
18,8 % des collégiens l'étudient encore, contre seulement 4,8 % des lycéens.

Aujourd'hui, environ 13,5 % des collégiens et lycéens apprennent le latin, soit 503.000 élèves, mais ce chiffre imposant cache un paradoxe. Depuis vingt ans, l'érosion est lente, mais semble-t-il inexorable. Les élèves de cinquième étaient 26 % à commencer l'étude du latin il y a quinze ans. Ils ne sont plus que 21 % aujourd'hui. Malgré les efforts de renouvellement de cet enseignement, puisqu'une réforme de la discipline avait été engagée en 1996, dès la fin du collège, la majorité des élèves cherche à fuir cette option facultative. S'ils sont encore 18,8 % à étudier cette discipline au collège, leur nombre chute à 4,8 % au lycée. Les enseignants les plus motivés sont conscients que malgré leurs efforts (visites, voyages), ils n'arrivent pas à motiver un enseignement du latin au-delà de l'âge de 14 ou 15 ans.

Plusieurs explications peuvent être apportées à cette relative désaffection. La plus évidente, c'est que le latin est de plus en plus co

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant