L?érosion constante d?une vaste forêt de mangroves menace les tigres

le
0
Victimes des braconniers et de la dégradation de leur habitat, les tigres sont de moins en moins nombreux
Victimes des braconniers et de la dégradation de leur habitat, les tigres sont de moins en moins nombreux
Comme s'ils n'avaient pas déjà assez à faire avec les braconniers, galvanisés par l'engouement que suscite la médecine chinoise dans les pays occidentaux et, plus logiquement, extrême-orientaux?

La sauvegarde des tigres, espèce symbolique d'une biodiversité qui périclite partout dans le monde, est une préoccupation majeure des associations de protection de l'environnement, mais aussi de la communauté internationale.

En témoigne le sommet de Saint-Pétersbourg (Russie) fin 2010, qui a débouché sur un accord historique, encourageant à plusieurs titres, mais dont il n'est pas du tout certain qu'il suffise à empêcher la disparition de l'espèce. Le texte paraphé par l'ensemble des Etats accueillant des félins ? lesquels étaient encore 100 000 il y a un siècle, mais ne sont plus qu'environ 3 000 aujourd'hui ? dans leurs frontières n'impose pas, en effet, de mesures spécifiques de protection des Sunderbans, une région située à cheval sur les territoires de l'Inde et du Bangladesh et qui abrite la plus vaste forêt de mangroves de la planète.

Ladite forêt pourrait héberger grosso modo 500 tigres du Bengale. Or, si l'on en croit une étude rédigée notamment par des chercheurs de la Zoological Society of London (ZSL), elle serait très gravement touchée par l'érosion, les tempêtes et la montée du niveau de la mer, étant entendu que celle-ci est plus importante dans le Golfe du Bengale que dans les autres
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant