L'équipe type des amateurs de poésie

le
0
L'équipe type des amateurs de poésie
L'équipe type des amateurs de poésie

De Paul Pogba à Abdeslam Ouaddou, en passant par Casillas, Ibrahimovi? et Barbosa, quand les poètes disparus chantent le football moderne, ça donne à peu près ça.

Le onze de départ
  • Iker Casillas, sifflé par le Bernabéu : "Mon bras, que toute l'Espagne admire / Mon bras, qui tant de fois a sauvé cet empire / Tant de fois affermi le trône de son roi / Trahit donc ma querelle, et ne fait rien pour moi ?" (Corneille)

  • Bernard Mendy, en train de doubler Roberto Carlos au stade de France : "Il y a dans la vie des instants de bonheur qu'aucun poème ne peut résumer." (Tétreau)

  • Franz Beckenbauer, bras en écharpe et mental de guerrier : "Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille." (Baudelaire)

  • Sergio Ramos, expert du penalty lunaire : "Je suis hanté. L'Azur ! L'Azur ! L'Azur ! L'Azur !" (Mallarmé)

  • Ashley Cole, bourreau des cœurs à l'hôtel : "Amour, tu as été mon maître / Je t'ai servi sur tous les Dieux / Ah ! si je pouvais deux fois naître / Comme je te servirais mieux !" (Marot)

  • Paul Pogba, bientôt au PSG après un voyage en Italie : "Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage / Ou comme cestuy-là qui conquit la toison / Et s'en est revenu, plein d'usages et raisons / Vivre entre ses parents le reste de son âge" (Du Bellay)

  • Yohan Gourcuff, je sors du terrain quand ça me chante : "C'est pas pour vous fâcher / Il faut que je vous dise / Ma décision est prise / Je m'en vais déserter" (Vian)

  • Steven Gerrard, le crépuscule d'une idole : "Tout suffocant / Et blême, quand / Sonne l'heure / Je me souviens / Des jours anciens / Et je pleure" (Verlaine)

  • Mourad Meghni, le nouveau Zidane : "Mon bon Monsieur / Apprenez que tout flatteur / Vit aux dépens de celui qui l'écoute / Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute" (La Fontaine)

  • Edinson Cavani, l'albatros : "Le Poète est semblable au prince des nuées / Qui hante la tempête et se rit de l'archer / Exilé sur le sol au milieu des huées / Ses ailes de géant l'empêchent de marcher" (Baudelaire)...




















  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant